);
La Finance décentralisée en pleine action

La Finance décentralisée en pleine action

La Finance décentralisée en pleine action

La Finance décentralisée (DeFi) offre de nouvelles opportunités. Des traders ont récemment exploité ce nouveau système financier en réalisant des arbitrages gagnants sur des sommes conséquentes en utilisant des emprunts ‘flash’ en crypto monnaies.

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant déjà acquis un certain niveau de connaissance dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si l’article vous paraît indigeste, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

DeFi et prêts en crypto monnaies

Nous avions décrit les principes des Dapps, DAO et finance décentralisée dans l’article publié le 02 février. La DeFi (pour Decentralized Finance ou Finance décentralisée) est une alternative au système bancaire et financier traditionnel. Ce système qui fonctionne sur la blockchain et qui fait usage de monnaies numériques a récemment franchi un niveau symbolique. En effet, ce mois-ci la valeur des crypto-monnaies engagées dans ses différents services a dépassé le milliard de dollars. 

Pour atteindre ce niveau, la finance décentralisée a notamment bénéficié de la croissance rapide des services d’emprunts et prêts en crypto-monnaies.

En effet, ces services rendent désormais possible le prêt et l’emprunt d’argent sans passer par le système bancaire et financier traditionnel, et ont vu leur usage particulièrement progresser. L’inclusion d’un mécanisme simple(algorithme faisant fluctuer les taux d’intérêt de prêt et d’emprunt en temps réel en fonction des conditions du marché) explique en grande partie ce récent succès.

Ce faisant, ce mécanisme automatise la rencontre de l’offre et de la demande et rend ainsi obsolète l’usage d’un carnet d’ordres, point de friction à ne pas négliger dans un environnement encore peu liquide.

Mais il existe aujourd’hui un problème sur le développement de cette activité 

En effet, ces services sont gourmands en capitaux. Un emprunteur doit mettre en garantie plus que ce qu’il emprunte, afin d’éviter le risque de contrepartie. Cette garantie est généralement supérieure à 1,5x le montant emprunté.

 

DeFi

Illustration DeFi

 

Solution : les ‘flash loans’ ou emprunts instantanés 

 Mais l’inventivité de l’écosystème blockchain est grande !

Certains services offrent désormais la possibilité d’effectuer ce qu’on appelle un ‘flash loan’ – ou ‘emprunt instantané’ en crypto monnaie et qui ne demande aucune garantie. Ces opérations se réalisent sans risque de contrepartie!

Cette prouesse est rendue possible par la manière de structurer cet emprunt. 

Comment cela fonctionne ? Celui qui emprunte doit contracter, utiliser et rembourser l’argent dans une seule et même transaction sur la blockchain. Par cette structure, le risque de contrepartie est donc nul car l’argent ne sera prêté que dans le cas où les trois actions sont exécutées de façon certaine.

Les emprunts instantanés ont cela d’innovant que quiconque ayant une idée lucrative mais gourmande en capitaux peut en faire la demande. Ces emprunts ne sont accordés que si l’idée lucrative se réalise, si tant est que cela ne requiert pas de passer par plusieurs transactions. 

 

Opportunités d’arbitrages 

 Des traders spécialisés de la finance décentralisée ont saisi le formidable intérêt pour ces opérations d’arbitrage à grande échelle entre différents services de l’écosystème. Deux opérations d’arbitrage ont fait couler beaucoup d’encre puisque des traders ont tiré parti de cette nouvelle forme d’emprunt pour subtiliser des fonds au service de prêt bZx.

Décryptons l’une de ces opérations

Armé de capitaux empruntés, des traders ont pu manipuler le cours de crypto-monnaies peu liquides sur différentes plateformes d’échange décentralisées et flouer le service bZx sur la valeur de ces crypto-monnaies sans que ne s’enclenchent de garde-fous. A la suite de ces opérations, les administrateurs du service bZx ont gelé leurs activités pour identifier et tenter de colmater les faiblesses du service.

Que s’est-il passé concrètement ?

L’attaquant a dans un premier temps contracté un prêt instantané (flash loan) de 10 000 ETH (environ 2,3 millions d’euros) sur DyDx, une place marché offrant ces services de lending crypto. Il en a ensuite envoyé une moitié sur Compound pour emprunter 112 WBTC (Wrapped BTC), et l’autre moitié sur bZx pour shorter 112 WBTC (et donc parier à la baisse sur leur prix). Puis, il a envoyé ses 112 WBTC de Compound sur Uniswap pour les échanger à bas prix. L’opération en question lui aura donc permis de profiter de son short pour rembourser son prêt instantané à bas coût.

L’ensemble de ce processus n’aura pris que quelques secondes et lui aura coûté 8,71$ de frais de transaction pour en gagner 360 000$ ! Notons que la beauté de l’opération réside dans le fait que le petit malin a dû effectuer l’ensemble de ces actions en une seule transaction grâce à cette particularité des flash loans qui ne nécessitent pas de collatéral, mais qui ne peuvent être contractés que s’ils sont remboursés dans la même transaction que celle où ils ont été contractés. L’attaquant a donc été forcé de préparer minutieusement son enchaînement d’opérations. Malveillance pure (ce type de manipulation serait lourdement sanctionnée sur les marchés financiers réglementés) ou opérations géniales ? 

Il semble possible que l’attaquant ait réussi à se jouer des processus de vérification servant de passerelles entre les protocoles block-chainisés de la DeFi et les données que ces derniers surveillent, notamment les différents prix des actifs impliqués.

En fait, le succès de ces opérations a reposé sur la forte interopérabilité entre les différents services, ce qui est à la fois la force et la faiblesse de la finance décentralisée.

Que faut-il retenir de cette expérience ?

1.Du fait de la forte interopérabilité de l’écosystème, de nouveaux produits financiers peuvent impacter de façon critique l’existant. Paradoxalement, l’ampleur de la surface d’exposition devrait permettre à la finance décentralisée de rapidement gagner en résilience. Les différents services doivent se mettre à jour par rapport aux derniers standards de l’industrie ou être laissé sur la touche..

2.Mais les services de la finance décentralisée ne sont pas entièrement décentralisés comme le montrent les actions entreprises par les administrateurs derrière bZx. Avant toute utilisation d’un service, il est donc fortement recommandé de l’auditer pour évaluer le pouvoir des administrateurs et les risques associés.

Conclusion

La finance décentralisée est encore un écosystème balbutiant, où des failles ou erreurs peuvent exister et les fonds impliqués dans ces protocoles peuvent potentiellement être à risque. Mais au vu de sa montée en puissance, la finance décentralisée représente aujourd’hui un univers que les acteurs bancaires, financiers et technologiques ne peuvent laisser de côté. Cependant, les acteurs historiques ou émergents doivent en parallèle se sensibiliser aux nouveaux risques qui vont de pair avec ces nouveaux marchés.

A propos du redacteur…

Une passion : l’économie, la finance comportementale et l’émergence des actifs digitaux

Yves a débuté sa carrière dans le métier de la gestion en 1986 ou il a occupé différents postes de gérant de fonds actions et de fonds diversifiés au Crédit Commercial de France puis au sein du groupe Barclays à Paris. En 1998, il a pris la direction de la gestion actions et diversifiée puis de la gestion de la structure française du groupe néerlandais Robeco avant de rejoindre Natixis Asset Management en 2012 en tant que directeur de la Business Unit de gestion actions. Yves quitte Natixis AM en 2018 pour intervenir en indépendant auprès d’investisseurs professionnels et d’entreprises (conseil en levée de capital).

Amateur de sports d’endurance (course à pied et natation), Yves est aussi passionné par les sciences humaines, en particulier l’histoire et l’économie. Mais ce sont les aspects comportementaux des mécanismes économiques et l’analyse comportementale des marchés qui sont pour lui une source constante de réflexion et d’échange. Depuis quelques années, le sujet de la ‘blockchain’ et l’émergence des crypto actifs représentent pour lui un nouveau sujet de passion et d’opportunités.

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Les contrats intelligents

Ces programmes informatiques irrévocables généralement déployés sur une blockchain et qui exécutent automatiquement un ensemble d’instructions prédéfinies offrent un levier considérable à une multitude de relations contractuelles.

Tout comprendre sur les ICO, STO et IEO

L’ICO est une innovation financière qui constitue une étape importante dans le processus de transformation déclenché par la blockchain. Elle bouleverse le rapport traditionnel à la propriété. Nous analyserons dans un second temps aussi les STO et IEO.

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? Comment en tirer profit?

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? Comment en tirer profit?

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? Comment en tirer profit?

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? 

Vous avez surement entendu dire qu’au delà du trading, minage et arbitrage, vous pouvez faire fructifier votre argent dans le monde des cryptos grâce au staking…Ou avez vous peut-être entendu parler du modèle de blockchain appelé Proof of Stake? Et maintenant, vous vous demandez peut-être ce que cela signifie? Alors allons-y! Voyons ce que c’est et essayons de comprendre comment ça peut nous être profitable!

À propos du Staking des crypto-monnaies

Pour commencer le staking des crypto-monnaies, vous devez d’abord disposer (par achat ou virement) des cryptos qui ont l’option de staking. Ensuite, vous devez conserver vos crypto-monnaies dans un portefeuille spécifique avec l’option de staking activée. Ensuite, vous laissez vos cryptos dans le portefeuille et attendez simplement que votre portefeuille participe au réseau pour valider des transactions et obtenez des récompenses. Est ce aussi simple que ça? Voyons ça dans le détail!

Qu’est-ce que le “proof of stake”?

La preuve de participation ou le proof of stake (PoS) est une méthode consensuelle utilisée pour sécuriser un réseau blockchain et valider les transactions sur celui-ci. Sans cela, la blockchain ne pourrait pas fonctionner. Si vous voulez en savoir plus sur les différents consensus de validation utilisés dans différentes blockchains, n’hésitez pas à consulter cet article.  

Comment fonctionne le staking ?

Staking désigne le processus de détention et de verrouillage de fonds pour recevoir des récompenses, tout en contribuant aux diverses opérations d’une blockchain. En tant que tel, le staking est largement utilisé sur les réseaux qui adoptent le Proof Stake (PoS) comme mécanisme de consensus, ou bien l’une de ses variantes. 

Contrairement aux blockchains Proof of Work (PoW) qui dépendent du minage pour vérifier et valider de nouveaux blocs (à l’instar de Bitcoin), les chaînes PoS produisent et valident de nouveaux blocs par mise en jeu. Cela permet de produire des blocs sans utiliser de matériel informatique spécifique au minage (ASICs) qui consomment beaucoup d’électricité…d’ailleurs c’est un des argument phare des anti-Bitcoin! Donc, au lieu de rivaliser pour valider le prochain bloc avec une dépense d’énergie électrique importante et un travail de calcul lourd, les validateurs PoS sont sélectionnés en fonction du nombre de coins qu’ils s’engagent à mettre en jeu.

En général, les utilisateurs qui mettent en jeu des quantités plus importantes de coins ont une plus grande chance d’être choisis comme prochain validateur de bloc. Alors que le minage PoW ou preuve de travail nécessite un investissement significatif dans le matériel, le staking nécessite un investissement direct (et un engagement) dans la crypto-monnaie en question. 

Le modèle de Proof of Stake (PoS) est-il plus sûre que celui de Proof of Work (PoW)?

L’un des risques les plus courants avec la blockchain est l’attaque à 51%. Cela fait référence à un événement où les mineurs avec plus de 50% de la puissance de calcul d’une blockchain Proof of Work contrôleraient la blockchain. Ce qui détruit fondamentalement le concept d’un enregistrement immuable des transactions. C’est évidemment quelque chose que tout promoteur passionné de blockchain ne veut pas voir se produire.

Dans le cas d’une attaque de 51% sur un système de preuve de travail (PoW), les mineurs doivent avoir plus de 50% de la puissance de calcul. C’est presque impossible sur les chaînes comme Bitcoin. Et sur un système Proof of Stake, vous devez contrôler plus de 50% de toutes les pièces disponibles pour pouvoir contrôler le réseau…ce qui pour Ethereum ou d’autres blockchains majeures est presque impossible. Les risques sont plus probables pour les petites crypto-monnaies. Mais toute attaque de crypto-monnaies plus petites détruirait la valeur de cette pièce et aurait finalement un effet dissuasif.

La production de blocs via le staking permet un degré plus élevé de scalabilité. C’est l’une des raisons pour lesquelles le réseau Ethereum va finalement migrer de PoW à PoS, dans la mise à jour Ethereum Casper. Certaines chaînes adoptent le modèle Delegated Proof of Staking (DPoS) (Preuve de mise en jeu / participation déléguée) qui permet aux utilisateurs de simplement signaler leur soutien via d’autres participants majeurs du réseau. En d’autres termes, un participant choisi et désigné de “confiance” va effectuer les actions au nom des utilisateurs lors d’événements décisionnels. Les validateurs délégués (les nœuds) sont ceux qui gèrent les opérations majeures et la gouvernance globale d’un réseau blockchain. Ils définissent les paramètres de gouvernance clés.

Avantages du modèle Proof of Stake

1) Moins de consommation d’énergie

Le gros problème en ce qui concerne le minage de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies utilisant la preuve de travail (PoW) est la quantité d’énergie utilisée pour faire fonctionner le matériel de minage. Les crypto-monnaies PoS sont beaucoup plus économes en énergie par rapport aux systèmes utilisant la preuve de travail.

2) Équipement moins cher

Pas besoin d’investir dans des plates-formes minières coûteuses car le staking peut se faire via un Raspberry Pi bon marché, un téléphone mobile, votre propre ordinateur personnel ou un portefeuille matériel comme un Ledger Nano S…

3) Diminution du risque d’attaque de 51%

En ce qui concerne les crypto-monnaies majeures, quelqu’un qui détient plus de 50% de toute la masse monétaire (de la monnaie concernée)semble presque impossible.

4) Le staking est plus facile à mettre en place

Il est beaucoup facile de commencer à faire du staking de cryptos. Bien que cela soit relativement nouveau, le staking est également disponible sur des plateformes comme Coinbase, Kraken, Binance, KuCoin…

C’est bien beau tout ça mais regardons comment ça se passe dans la pratique!

1) Tout d’abord, vous devez décider de la pièce/token pour faire le staking.

2) Une fois que vous aurez fait ce choix, vous devez vous renseigner sur les exigences du processus.  Habituellement, il y a une exigence d’un montant minimum de coins/tokens que vous devez avoir pour pouvoir faire le staking.

3) Matériel nécessaire : traditionnellement, pour la plupart des pièces avec un modèle Proof of Stake (PoS), vous avez besoin d’un ordinateur avec un portefeuille connecté à la blockchain à tout moment. Donc, si vous avez un ordinateur de rechange qui traîne, cela pourrait parfaitement être dédié à cette tâche. Une autre option consiste à acheter un Raspberry Pi ou similaire qui coûte environ 50 à 70 $ et à l’utiliser pour faire du staking des crypto-monnaies.  Si vous ne disposez pas d’un ordinateur de rechange ou que vous êtes préoccupé par les coûts d’électricité, l’exécution d’un serveur virtuel est une autre option. Il existe de nombreux services avec lesquels vous pouvez exécuter un serveur privé sur le cloud. Vous pourrez ainsi configurer un portefeuille sur ce serveur privé et de le faire fonctionner 24h / 24 et 7j / 7 sans avoir besoin d’un ordinateur dédié. C’est une solution qui pourrait être un peu difficile à mettre en place pour les débutants mais une fois tout bien configuré, vous n’avez plus qu’à attendre votre rendement 🙂 Certaines pièces PoS ou PoA (Proof of Authority) vous permettent de faire le staking en conservant les crypto-monnaies dans un simple portefeuille dédié. Neo et VeChain vous permettent de le faire par exemple.

4) Staking à froid (uniquement pour certaines cryptos)

Une autre caractéristique nouvelle et intéressante est le staking à froid. Ce qui signifie essentiellement que vous pouvez commencer à faire du staking des crypto-monnaies à partir d’un portefeuille qui peut être hors ligne. Pas besoin de faire fonctionner un ordinateur, un téléphone portable ou un serveur privé virtuel pour gaspiller de l’énergie et de l’argent 24h / 24 et 7j / 7.

Voici quelques exemples de pièces disponibles pour le staking :

NAV (NavCoin) avec un ROI annuel de 2,5%

NEO avec un ROI annuel de 5% l 

ICX (ICON) jusqu’à 12% de ROI annuel

VET (VeChain) et VTHO entre 2 et 6% annuel 

ARK avec 10% de ROI annuel

LSK (Lisk) avec ROI annuel de 4%

NEBL (Neblio) avec ROI annuel de 10% 

ONT (ontologie) avec ROI annuel de 5%

KMD (Komodo) avec un ROI annuel de 5%  

Mise en garde et conseils importants à retenir avant de commencer

Vous devez verrouiller toutes vos pièces pour le staking. Cela signifie que vous ne pouvez pas les utiliser ou les dépenser sans interrompre le staking. 

N’investissez que dans une crypto-monnaie en laquelle vous croyez. Inutile d’avoir beaucoup de pièces qui, dans quelques années, seront sans valeur!

La valeur de votre crypto-monnaie peut s’apprécier ou se déprécier pendant la période de staking. 

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Hebdo crypto & blockchain #53 | 20/10/2020

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Blockchains publiques, permissionnées et privées

Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

Bitcoin VS Ethereum Les 8 grandes différences

Bitcoin VS Ethereum Les 8 grandes différences

Bitcoin VS Ethereum Les 8 grandes différences

Cet article s’adresse à des débutants dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Les informations citées ci-dessous sont volontairement simplifiées. Si toutefois, vous vous sentez d’attaque pour un article avec une difficulté de lecture plus élevée, n’hésitez pas à changer de curseur dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difFiculté

1) Qu’est-ce que c’est ?

  • Bitcoin : Une monnaie
  • Ethereum : Un jeton

2) Inventeur du BTC VS ETH

  • Bitcoin : Nous ignorons qui a officiellement créé le Bitcoin… Son créateur est connu sous le pseudo Satoshi Nakamoto.
  • Ethereum : Le créateur de l’Ethereum est Vitalik Buterin, un programmeur russo-canadien.

 

3) Objectif du BTC VS ETH

  • Le bitcoin est une nouvelle monnaie dont l’objectif est de faciliter les transferts de valeur sans passer par un tiers de confiance.
  • Ethereum est un jeton destiné à l’exécution des contrats intelligents.

 

4) Date de création du BTC VS ETH

  • Bitcoin : Janvier 2009
  • Ethereum : Juillet 2015

5) Offre maximale du BTC VS ETH

  • Bitcoin : 21 millions au total
  • Ethereum : 18 millions chaque année

 

6) Temps d’émission d’un nouveau jeton du BTC VS ETH 

  • Bitcoin : Toutes les 10 minutes environ.
  • Ethereum : Toutes les 10 à 20 secondes.

 

7) Utilité du BTC VS ETH

  • Bitcoin : Utilisé pour l’achat de biens et de services, ainsi que pour stocker/transférer de la valeur.
  • Ethereum : Utilisé pour créer des dApps (applications décentralisées) sur la blockchain Ethereum.

8) Prix du BTC VS ETH

  • Bitcoin : Environ 7051 $ en novembre 2019.
  • Ethereum : Environ 146 $ en novembre 2019

A propos du redacteur…

Pierre-Jean est un passionné du digital, du web et des nouvelles technologies. Après avoir travaillé plusieurs années comme chef de projets digital, il se consacre exclusivement à l’intelligence artificielle dans tout les domaines y compris dans le monde de la finance et des crypto monnaies .

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Hebdo crypto & blockchain #7 | 19/11/2019

Hebdo crypto & blockchain #7 | 19/11/2019

hebdo crypto & blockchain #7 | 19/11/2019

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #7 | 19/11/2019

  • Benoît Coeuré nommé à la BRI pour mener la riposte aux crypto-monnaies

    La Banque des Règlements Internationaux (BRI) qui est la banque centrale des banques centrales, vient de confier la responsabilité de son centre d’innovation au français Benoît Coeuré. Il a été choisi “pour favoriser la collaboration internationale entre les banques centrales dans le domaine des technologies financières innovantes“. Il prendra ses fonctions le 15 janvier 2020, pour une durée de 5 ans. La BRI ne veut clairement pas être dépassée par les évolutions amenées par les crypto monnaies et les autres futures monnaies numériques. Rappelons aussi que Benoît Coeuré, considère les stable coins privées comme de possibles menaces, et les cryptos comme des “échecs”, il avait même qualifié Bitcoin “d’émanation maléfique de la crise financière de 2008“.  Tout est dit !

  • Bakkt ouvre ses services aux institutions

    Les premiers clients commencent à s’installer sur la plateforme de contrats à terme sur Bitcoin (BTC),  Bakkt  et dont l’opérateur est l’Intercontinental Exchange (ICE). Parmi les Services et mesures de sécurité proposés, on peut notamment citer : coffres -forts, gardes armées, installations vidéo-surveillées 24/7, utilisations de dispositifs HSM (permettant une gestion en multisignatures) et répartitions géographiques de ses installations à travers le monde. La Bakkt Warehouse ne permettait jusqu’ici que le stockage des collatéraux liés aux activités de trading sur la plateforme.

  • Bitcoin : transactions en hausse en 2019

    Selon un rapport du crypto-média, The Block,  basé sur des données analysées en concertation avec  Coin metrics  sur l’année écoulée ( de novembre 2018 à novembre 2019),  Bitcoin  a vu ses volumes de transactions progresser à 634 milliards de dollars, soit une moyenne de 1,74 milliard de dollars par jour. En termes de moyenne brute, le montant moyen d’une transaction Bitcoin s’établit à environ 6 887 $, mais  plus de la moitié de l’ensemble des transactions (médiane) qui ont eu lieu sur l’année écoulée étaient d’un montant inférieur ou égal à 69 $.

  • Bientôt les 180 devises Fiat convertibles sur Binance

    Changpeng Zhao, PDG de Binance, a annoncé durant un événement majeur à Singapour qu’il serait bientôt possible d’échanger un très grand nombre de monnaies Fiat (environ 180) contre des crypto-monnaies sur la plateforme d’ici quelques trimestres.

  • L’interdiction totale de crypto-monnaies par l’Inde repoussée ?

    L’interdiction controversée de la crypto-monnaie (avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans pour ceux qui traitent en devises numériques) proposée par l’Inde a été retardée. En effet, initialement, le projet de loi devait être présenté au Parlement lors de la session d’hiver, qui se tiendra du 18 novembre au 13 décembre. Mais coup de théâtre : il n’a pas été inscrit dans l’agenda. Une hésitation due aux déclarations du leader Xi-Jinping?

Le jeton ERC-20 expliqué

Le jeton ERC-20 expliqué

Le jeton ERC-20 expliqué

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

Que sont les jetons ou tokens ERC-20?

 Les tokens ERC-20 sont des jetons conçus et utilisés uniquement sur la plateforme Ethereum. Ils suivent une liste de normes afin qu’on puisse les partager, les échanger contre d’autres jetons ou les transférer sur un portefeuille crypto. La communauté Ethereum a créé ces normes avec trois règles facultatives et six règles obligatoires.

Les normes optionnelles :

  1. Token Name : le nom du jeton
  2. Symbol : son symbole
  3. Decimal : décimal allant jusqu’à 18

Les normes obligatoires :

  1. totalSupply : [totalSupply] identifie le nombre total de jetons ERC-20 créés.
  2. balanceOf : lorsque la fonction [balanceOf] est exécutée, elle renvoie le nombre de jetons qu’une adresse donnée (portefeuille d’un utilisateur par exemple) a sur son compte.
  3. Transfer : [transfer] permet à un certain nombre de jetons d’être transférés de l’offre totale des jetons vers un compte d’utilisateur.
  4. transferFrom : la fonction [transferFrom] permet à un utilisateur de transférer des jetons à un autre utilisateur.
  5. Approve : la fonction [approve] compare une transaction à l’offre totale de jetons. Elle vérifie s’il n’y a pas de jetons manquants ou des jetons en trop par rapport à l’offre totale.
  6. Allowance : avant qu’une transaction ait lieu, la fonction [Allowance] vérifie le solde du compte de l’utilisateur et annule la transaction si les jetons sont insuffisants.

Hum…un peu confus? Regardons tout ça de plus près…

Commençons par le commencement…Qu’est-ce que Ethereum?

Ethereum est un réseau d’ordinateurs décentralisé doté de deux fonctions de base qui sont: 

  • une chaîne de blocs pouvant enregistrer des transactions 
  • une machine virtuelle capable de produire des contrats intelligents.

Grâce à ces deux fonctions, Ethereum est capable de prendre en charge des applications décentralisées (DApps). Ces DApps sont construits sur la Blockchain (ou chaîne de blocs qui enregistrent des transactions) Ethereum existante, tirant parti de la technologie sous-jacente. En contrepartie, Ethereum facture aux développeurs la puissance de calcul du réseau, qui ne peut être payée qu’en Ether, la seule monnaie inter-plateformes.

Selon leur objectif, les DAPP peuvent créer des jetons ERC-20 qui peuvent endosser différents rôles. Quelques examples :

  • Une devise qui permet de transférer de la valeur 
  • Une part dans une société (action)
  • Des points dans un programme de fidélité
  • Une preuve de propriété, par exemple d’un montant d’or ou de l’acte de vente d’une maison

Et les contrats intelligents dans tout ça?

Les contrats intelligents (ou Smart Contracts en anglais) sont utilisés pour créer des jetons ERC-20. Ils sont également utilisés pour faciliter les transactions de jetons et enregistrer les soldes de jetons dans un compte. Les contrats intelligents sont écrits dans le langage de programmation «Solidity» sur la base de la logique If-This-Then-That (IFTTT)…Euh quoi??

If This Then That

Lancé au début des années 2010, IFTTT est un service encore trop peu connu et pourtant vraiment utile. Son sigle signifie « If This Then That », soit en français : « Si Ceci Alors Cela », l’une des règles les plus élémentaires d’un algorithme. Derrière ce nom assez explicite se trouve un service capable de connecter ensemble de multiples services et automatiser des tâches très simplement sous la forme d’une recette avec à chaque fois : une condition, et des conséquences.

Prenons l’analogie avec un distributeur de bonbons. Vous insérez des euros, indiquez au distributeur ce que vous voulez acheter (bonbons) et cette dernière vous donne des bonbons.

Pour les tokens ERC-20 c’est à peu près la même chose : vous insérez des Ethers (euros dans notre analogie), indiquez au contrat intelligent ce que vous voulez obtenir (des Token ERC-20 avec certains paramètres précis selon vous) et le contrat intelligent vous fournit les tokens que vous avez demandés. Que se passe-t-il lorsqu’un contrat intelligent crée un jeton? C’est là qu’intervient “ERC-20”. Une fois le jeton créé, il peut être échangé, dépensé ou donné à quelqu’un d’autre via un transfert. ERC-20 est le langage universel utilisé par tous les jetons du réseau Ethereum. Il permet à un jeton d’être échangé avec un autre.

Quels sont les avantages de l’ERC-20?

Fondamentalement, cela simplifie les choses. Avant les jetons ERC-20, les développeurs pouvaient utiliser différentes fonctions pour concevoir différents tokens. Par exemple, l’un pouvait utiliser la fonction [totalAmount] tandis qu’un autre [totalNumber],etc. Les plateformes d’échanges de tokens devaient intégrer ces différences pour échanger les tokens. Avec une norme universelle comme ERC-20, les nouveaux jetons peuvent être mis sur des plateformes d’échanges avec une grande facilité. ERC-20 facilite également la création de nouveaux jetons. C’est pourquoi Ethereum est devenu la plate-forme la plus populaire pour les ICO en 2017.

A bientôt pour un nouvel article 🙂

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Spécial Halloween…Vous allez avoir peur!

Spécial Halloween…Vous allez avoir peur!

Spécial Halloween…Vous allez avoir peur!

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

Je vous l’ai dit…vous allez trembler de peur 🙂 Puisque nous fêtons les morts aujourd’hui, nous avons choisi de vous parler de deux crypto-monnaies dont l’électrocardiogramme (ou l’encéphalogramme si vous le souhaitez) ne donne plus de signe de vie depuis longtemps. Paix à leur âme…

Ethereum Cash (ECASH)

Fondée en 2017, année de gloire des crypto-monnaies, Ethereum Cash ne montre plus aucun signe de vie. Il n’y a pas de livre blanc, plus d’informations sur l’équipe, et le compte twitter d’ECASH repose en paix depuis 2 ans. Le dernier tweet concerne une quatrième série de distributions de jetons et contient de nombreux commentaires d’utilisateurs énervés qui affirment ne pas avoir reçu les jetons qui leur étaient promis. À l’heure actuelle, le prix d’ECASH est de 0,005 USD avec une capitalisation boursière de 70 000 USD avec un volume de transaction journalier de 4 dollars.

Voici la courbe de capitalisation de marché sur l’ECASH…

Bitconnect (BCC)

Probablement l’arnaque la plus célèbre du monde des crypto actifs. Lancée en février 2016 en grande pompe, la plate-forme de prêt et d’échange Bitconnect est très vite devenue ultra populaire. Son jeton BCC, a fait son entrée dans le Top 10 des crypto-monnaies en termes de capitalisation.  Malgré cela, de nombreuses personnalités comme le fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, ou le célèbre milliardaire Mike Novogratz, avaient prévenu la communauté crypto que Bitconnect ressemblait à un schéma Ponzi classique avec un nombre de victimes très important.

La plate-forme utilisait un “bonus de parrainage” important pour inciter les personnes à diffuser la bonne parole vantant les mérites de leur token BCC. Leur stratagème était très simple: plus vous attiriez de personnes dans la plateforme, plus vos bonus étaient importants. Cette technique vous promettait en théorie des gains astronomiques (plusieurs milliers de pourcents par an) sur vos mises initiales. Enfin, le programme de prêt/emprunt d’actifs digitaux promettait jusqu’à 40% d’intérêt par mois (!), Ce qui était trop beau pour être vrai, même à cette époque. La belle arnaque a pris fin au tout début de 2018. Le 3 janvier, les autorités de sécurité du Texas et de la Caroline du Nord ont déclaré que Bitconnect était un système Ponzi. Deux semaines plus tard, la société annonçait sa fermeture et donnait cinq jours aux clients pour retirer leur argent. Des ventes massives de jetons BCC ont provoqué un effondrement des prix. Beaucoup de gens ont littéralement tout perdu car ils avaient contracté des emprunts voire même hypothéqué des maisons et des voitures afin de réaliser des investissements dans BCC. Le FBI a par la suite ouvert une enquête contre des membres de l’équipe Bitconnect. 

Si vous avez envie de rigoler un peu…n’hésitez pas à regarder cette vidéo de la cérémonie annuelle de Bitconnect qui s’est tenue en Thailande.

Blagues à part, qu’est ce qu’on doit en tirer comme enseignements?

Tous les projets susmentionnés appartiennent maintenant à l’histoire. L’industrie de la crypto-monnaie s’affine, mais il y aura d’autres schémas de Ponzi et de fraudes. Pour éviter de tomber dans le piège, faites des recherches sérieuses sur les projets proposés. Enquêtez sur l’équipe derrière le projet, lisez attentivement le livre blanc et la documentation technique. Derrière l’apparence d’une équipe normale, les fraudeurs utilisent souvent des photos d’inconnus volées et des profils professionnels créés de toute pièce sans véritable réseaux de professionnels derrière chaque profil. Comme les projets de crypto-monnaie visent généralement à être transparents, rien ne doit être caché aux utilisateurs. 

Si vous souhaitez aller plus loin en ce qui concerne la sécurité de vos fonds et actifs numériques, n’hésitez pas à lire cet article qui s’intitule “Gardez vos actifs numériques sécurisés

Bonne fête d’Halloween à tous!

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.