);
Hebdo crypto & blockchain #83 | 11/06/2021

Hebdo crypto & blockchain #83 | 11/06/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #83 | 11/06/2021

Le milliardaire américain Carl Icahn s’intéresse aussi à Bitcoin

Lors d’une interview accordée à Bloomberg, l’investisseur milliardaire Carl Icahn  qui détiendrait un patrimoine net d’environ 17,5 milliards de dollars explique qu’il souhaite investir dans les crypto-actifs « dans de larges proportions ».Il pourrait en fait s’agir d’1 à 1,5 milliard de dollars. Bien qu’il ne soit pas encore passé à l’achat, Carl Icahn explique qu’il étudie de près les opportunités sur Bitcoin, Ethereum et le secteur des crypto-monnaies dans son ensemble. L’homme d’affaires  avait pourtant été plutôt critique sur le secteur par le passé, puisque pas plus tard qu’en 2018 il avait qualifié Bitcoin et les crypto monnaies de « ridicules », en précisant qu’il était peut-être trop vieux pour ce secteur et qu’il n’y « toucherait pas ». Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour changer d’avis sur le Bitcoin !

 

SpaceX met Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH) dans les étoiles

La société SpaceChain a annoncé un partenariat  avec SpaceX, l’entreprise aérospatiale d’Elon Musk. Grâce à cette coopération, un nœud spatial conçu par SpaceChain a été  embarqué dans la fusée SpaceX Falcon 9, dont le décollage a eu lieu il y a quelques jours. L’objectif est d’installer un nœud complet du réseau Ethereum à bord de la station spatiale internationale ISS. Un second lancement prévu le 24 juin visera, quant à lui, à déployer un nœud similaire, cette fois-ci pour la blockchain Bitcoin. Dans ce cas, ce nœud sera installé sur le satellite YAM-2 qui sera mis en orbite pour l’occasion.

 

Le Kazakhstan est une terre d’accueil privilégiée pour les mineurs chinois ‘en exil’

Le Kazakhstan est l’un des cinq premiers pays du minage du monde, et seuls la Chine, les États-Unis et la Russie affichent des revenus supérieurs en provenance de cette industrie. Le gouvernement du Kazakhstan a encouragé le développement de ce secteur et, jusqu’en 2019, il était encore possible aux mineurs d’opérer en franchise d’impôt : 200 millions de dollars auraient été investis dans des projets liés à l’infrastructure de minage qui ont permis jusqu’à présent à 17 méga fermes de devenir opérationnelles au Kazakhstan. La société chinoise BIT Mining va investir conjointement à un acteur local dans un centre de minage de crypto-monnaies qui sera construit sur le territoire kazakh.  BIT Mining va prendre en  charge 80 % des dépenses. Par ailleurs, le South China Morning Post a indiqué que de grandes sociétés chinoises de minage de Bitcoin envisagent de se déplacer en Amérique du Nord et en Asie centrale alors qu’en Chine,  la répression sur l’industrie du minage s’intensifie. La presse locale signale également que Jiang Zhuoer, fondateur du pool minier BTC.TOP, envisagerait de déplacer son matériel de minage de son pool vers l’Amérique du Nord et en Asie centrale. Pour ces acteurs chinois, l’Amérique du Nord est plus sécurisante mais les pays d’Asie centrale sont proches et le coût de minage y est plus faible.

 

Une annonce de Norton qui surprend : l’antivirus  va permettre de miner de l’Ether de son ordinateur

En règle générale, les utilisateurs ont recours aux antivirus pour bloquer les logiciels malveillants, notamment ceux qui tentent de miner des crypto-monnaies à leur insu. De son côté, l’antivirus Norton va à contre-courant avec une fonctionnalité assez surprenante. Ainsi, à compter du 3 juin, Norton va permettre de miner des cryptomonnaies directement depuis son antivirus. Dans un premier temps, cette fonctionnalité sera réservée aux utilisateurs de Norton faisant partie du programme d’adoption précoce. Par la suite, la fonctionnalité sera ouverte aux 13 millions d’utilisateurs du logiciel. D’après les annonces officielles, cette fonctionnalité a été créée pour permettre aux mineurs de miner tout en gardant une protection antivirus.

Hebdo crypto & blockchain #82 | 04/06/2021

Hebdo crypto & blockchain #82 | 04/06/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #82 | 04/06/2021

Les entreprises  du secteur crypto et les groupes de minage quittent la Chine. Huobi et Okex réduisent leurs services aux clients chinois

Deux entreprises de minage auraient déjà quitté le territoire chinois. La nouvelle intervient à un moment où les plateformes Huobi et Okex ont également annoncé qu’elles devaient supprimer certains de leurs services pour les clients résidents. Okex a par exemple décidé de supprimer de la plateforme le trading sur la monnaie chinoise (Renmimbi), mais également les opérations d’hébergement dans le cloud et la vente de ‘mining rigs’.

 

Il y a une certaine volonté d’utiliser des cryptos paiements en Russie (mais pas des crypto-monnaies)

Des membres de la Douma, le Parlement russe, travaillent sur des amendements destinés à permettre l’utilisation de crypto-monnaies pour assurer les paiements de certains contrats commerciaux et administratifs. Même si le Rouble reste la seule monnaie officielle en Russie, la dernière législation qui date du 1er janvier de cette année, la loi ‘On Digital Financial Assets and Digital Currencies’ donne une valeur aux crypto-actifs mais interdit l’utilisation des crypto-monnaies comme moyen de paiement pour des biens et des services.

 

Toujours en Russie, la ‘Bank of Russia’ va lancer un prototype de ‘Rouble numérique’ d’ici la fin de l’année

La Banque Centrale de Russie (CBR) est en train de préparer un prototype de monnaie nationale numérique d’ici la fin de 2021. Le projet en cours, sous la houlette de la banque centrale,  a été confirmé par un officiel.  Avec le Rouble numérique, les transferts d’argent entre individus seront ‘libres ‘ de frais.   La monnaie nationale sous forme digitale sera un moyen de paiement supplémentaire, et donnera les mêmes attributs que le Rouble sous sa forme actuelle.

 

Bitcoin – L’Iran contrôlerait 10 % du hashrate ?

L’Iran contrôlerait environ 10 % du hashrate global étant donné que la puissance globale du Bitcoin est de 15 000 mégawatts (125 TW/h). Cela représenterait une multiplication par 5 de la puissance annoncée en janvier par le ministère de l’énergie qui parlait alors de 310 mégawatts.  Pour  comparaison, les Chinois contrôleraient encore entre 30 % et 40 % du hashrate contre 8 % aux Etats-Unis.

 

Et pourtant, il y a eu une annonce d’interdiction (temporaire) du minage de Bitcoin en Iran

La semaine dernière, le président iranien Hassan Rouhani a déclaré vouloir porter tous ses efforts pour éviter des ‘blackout’ ou ruptures d’électricité au démarrage de la saison estivale et d’une demande croissante en énergie. Rouhani, bien que très intéressé par l’industrie du minage de Bitcoin pour contourner les sanctions imposées par les Etats-Unis, industrie qui rapporte l’équivalent d’environ 1 milliard de dollars par an au pays, a indiqué que le processus de minage numérique utilisait environ 300 MW d’électricité annuelle pour l’Iran, et que les contraintes et besoins de la population à court terme exigeait une limitation de l’utilisation des capacités énergétiques du pays.

 

Ray Dalio a annoncé détenir des bitcoins

Ray Dalio est un investisseur réputé de la finance traditionnelle, (en tant que fondateur et patron du plus gros Hedge Fund au monde, la société Bridgewater Associates). Ray Dalio  a longtemps montré un certain scepticisme envers le Bitcoin et les cryptomonnaies, lui préférant l’or en tant que réserve de valeur. Mais face à la menace inflationniste du dollar et des monnaies souveraines ‘fiat’, l’investisseur semble avoir voulu diversifier ses valeurs refuge. Il a déclaré ; « Personnellement, je préfère avoir des bitcoins qu’une obligation [d’État] (…) J’ai quelques bitcoins. »

Hebdo crypto & blockchain #81 | 28/05/2021

Hebdo crypto & blockchain #81 | 28/05/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #81 | 28/05/2021

Restrictions supplémentaires sur le Bitcoin et les crypto-monnaies (privées) par les institutions financières en Chine

Les régulateurs chinois ont renforcé les restrictions qui interdisent aux institutions financières et aux sociétés de paiement de fournir des services liés aux crypto-monnaies, marquant une nouvelle répression contre les actifs numériques privés. La Chine ne reconnaissait déjà pas les crypto-monnaies comme monnaie légale et le système bancaire n’acceptait pas les crypto-monnaies et ne fournissait pas de services correspondants.  Les régulateurs financiers, y compris la PBOC (Banque centrale chinoise) avaient déjà interdit aux banques et aux sociétés de paiement de fournir des services liés au bitcoin. En septembre 2017, la Chine avait interdit les offres initiales de pièces de monnaies numériques (ICO) dans le but de protéger les investisseurs et de freiner les risques financiers. Ces restrictions avaient poussé la plupart des plateformes d’échange à fermer leurs portes et beaucoup d’entre elles se sont délocalisées.

 

A quoi correspondent ces mesures qui ont servi de prétexte à une lourde chute des cours des cryptos ?

Trois associations du secteur financier ont ordonné à leurs membres, qui comprennent des banques et des sociétés de paiement en ligne, de ne pas offrir à leurs clients de services impliquant des crypto-monnaies, tels que les échanges de devises, l’enregistrement, la négociation, la compensation et le règlement. Ces directives ont été formulées dans une déclaration conjointe de la National Internet Finance Association of China, de la China Banking Association et de la ‘Payment and Clearing Association of China’, et publiées par la PBOC. En outre, il est interdit aux institutions de fournir des services d’épargne, de fiducie ou de nantissement de crypto-monnaies et d’émettre des produits financiers liés aux crypto-monnaies. Les services d’information liés aux crypto-monnaies, l’assurance et le commerce de produits dérivés sont également interdits. Les entreprises ont également été invitées à renforcer la surveillance des flux financiers liés au commerce des crypto-monnaies. A travers ces mesures, et peu avant un moment charnière pour la Chine qui va lancer son yuan numérique, la concurrence des crypto-monnaies privées pose problème.  Les services proposés par les plateformes pouvaient rapidement permettre la conversion de yuan ou de yuan numérique en cryptos. Ne doutons pas que les transactions ‘peer to peer’ (gré à gré) vont se développer (la blockchain est faite pour ça). Il ne fait finalement plus aucun doute que la Chine veut assurer un contrôle total des flux monétaires, des paiements et du circuit financier pour contrôler la circulation des capitaux, et les crypto-monnaies ne peuvent s’en accommoder. Même AliPay et WeChat Pay vont être pénalisés. Mais il n’est finalement pas certain que ces mesures représentent la meilleure façon de crédibiliser le yuan et sa future version numérique.

 

Double annonce : vendredi 21 mai, les autorités chinoises annoncent aussi   de futures restrictions sur l’activité de minage

Peu de temps après les annonces concernant l’interdiction de l’utilisation des crypto-monnaies par les institutions financières chinoises, Pékin a aussi annoncé envisager de réprimer les activités de production et de trading du bitcoin pour lutter contre les risques financiers. En effet, pour répondre à ses besoins en électricité, la production de Bitcoin, ou activité de “minage”, avait trouvé son eldorado en Chine avec un prix de l’électricité attractif (en particulier avec la récupération de l’énergie hydro- électrique non consommée du Sichuan lors de la période de mousson). Mais l’industrie a déjà commencé à réagir car la part de minage mondial réalisée en Chine est déjà rapidement tombée de 75% à 50% en l’espace d’un an et demi. Là non plus, il n’est pas évident que les autorités chinoises fassent le bon choix. Le minage de Bitcoin est en train de se déplacer au Kazakhstan, en Iran, aux Etats-Unis et ailleurs….

 

Diem, le projet de monnaie numérique de Facebook quitte la Suisse pour les US

L’association Diem, qui pilote le projet de monnaie numérique lancé par Facebook, quitte Genève pour les Etats-Unis. L’association a fait savoir qu’elle allait se concentrer sur l’émission d’une crypto-monnaie indexée au dollar (sous-entendu sous la pression du Congrès et des autorités américaines). Loin des ambitions initiales du réseau social, l’organisation a fait alliance avec une banque américaine, Silvergate, qui émettra le Diem, un “stablecoin”, c’est-à-dire une crypto monnaie dont le cours est fixe et qui repose sur la technologie blockchain. En l’occurrence, Diem sera lié à l’évolution unique du Dollar US et non à un panier des principales devises, comme initialement prévu avec le projet Libra (ce qui semblait naturel pour un moyen de paiement destiné à quelques 2 milliards 300 millions d’utilisateurs des réseaux sociaux du groupe à l’échelle globale). L ‘association déplace donc son siège, actuellement basé à Genève, de l’autre côté de l’Atlantique. Elle a également retiré sa demande déposée il y a un an auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), pour obtenir une autorisation en tant que système de paiement.

Hebdo crypto & blockchain #80 | 21/05/2021

Hebdo crypto & blockchain #80 | 21/05/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #80 | 21/05/2021

Elon Musk ne veut finalement plus de Bitcoin comme monnaie de paiement pour ses Tesla

Après avoir fait la promotion de la crypto-monnaie à plusieurs reprises, la dernière fois en février en acceptant Bitcoin comme moyen de paiement pour ses voitures électriques,  Elon Musk a finalement  annoncé que Tesla ne l’accepterait désormais plus , prétextant des raisons environnementales.  Le milliardaire a toutefois précisé que Tesla n’allait pas vendre les bitcoins que le groupe possède, et qu’il reprendrait les transactions dès que le problème de la source d’énergie serait réglé. Il a également indiqué que Tesla allait se tourner vers d’autres crypto-monnaies moins consommatrices en énergie. S’agit-il d’une vraie conviction subite ? On en doute. Ou s’agit-il de la pression des investisseurs sur la base des exigences ESG ? A moins qu’il ne s’agisse d’une manipulation de marché ?

Réglementation renforcée sur les Stable Coins

Si l’on en croit certains experts, les stable coins, actifs garantis par des monnaies fiat, pourraient être soumis à l’examen des décideurs financiers. Car aux USA ,  de nouvelles directives du Financial Action Task Force (FATF) doivent mettre à jour les politiques en matière de stable coins dans un ensemble de normes réglementaires qui seront publiées le mois prochain. Par ailleurs, un projet de loi, s’il est approuvé, obligerait les émetteurs de stablecoins à obtenir une charte bancaire avant l’émission, ainsi qu’à respecter la réglementation bancaire américaine, mais aussi à demander l’approbation de la Federal Reserve Bank et de la Federal Deposit Insurance Corporation. La pression réglementaire n’est peut-être pas un phénomène uniquement américain. La Commission européenne et le Trésor britannique ont évoqué la nécessité d’accroître les niveaux de réglementation dans le secteur pour éviter “l’ambiguïté juridique entourant le statut des stable coins”.

Le taux de hashrate chinois en baisse régulière

Depuis l’avènement de Bitcoin, la Chine est une place forte du minage. L’appétence pour la technologie, l’électricité à bas coût et le climat en ont fait une implantation de choix, malgré une relation complexe avec les actifs numériques. Toutefois, la proportion du hashrate (puissance de calcul) Bitcoin attribuable à la Chine serait en train de diminuer. Selon les données du Cambridge Center for Alternative Finance, la Chine totalisait 65 % du hashrate Bitcoin en avril 2020  contre 75 % en septembre 2019 , les États-Unis (7,24 %) et la Russie (6,90 %) se disputant la seconde place. Le hashrate total du réseau Bitcoin était de 115 EH/s. En janvier 2021, la Chine ne possédait plus que 50 % de la puissance de calcul du fait de l’importante progression de ses rivaux. Notamment l’Iran et le Kazakhstan qui possèdent maintenant respectivement 8 % et 9 % du hashrate du réseau .

Résultats trimestriels impressionnants pour Coinbase

Coinbase a publié des résultats impressionnants au premier trimestre qui s’est terminé quelques jours avant sa cotation sur la Bourse américaine du Nasdaq. Le revenu net a fluctué entre 730 millions et 800 millions USD et l’EBIDTA (excédent d’exploitation) a atteint 1,1 milliard USD.Cette année, les volumes de transactions devraient augmenter de 27% et les revenus trimestriels devraient atteindre 1,8 milliard de dollars. Le marché haussier sur les crypto-monnaies  a permis au nombre d’utilisateurs actifs mensuels de passer à plus de six millions, et les actifs cryptographiques de la plate-forme ont augmenté de 1200% d’une année sur l’autre, passant de 17 milliards de dollars à 223 milliards de dollars.

Florence, la sixième mise à jour du protocole Tezos est désormais activée

Cette dernière mise à jour arrive à peine trois mois après la précédente, dans un contexte de croissance exponentielle de l’activité sur la blockchain Tezos. Donc, trois mois à peine après cette étape importante, le réseau Tezos a adopté sa sixième mise à niveau, baptisée Florence en référence à la ville emblématique d’Italie. Qu’apporte donc cette mise à niveau à la blockchain Tezos qui évolue rapidement ? Florence poursuit la série d’optimisations et d’améliorations qui ont fait de Tezos un synonyme d’évolution rapide capable d’absorber les dernières et meilleures fonctionnalités de l’écosystème. L’activité du réseau a dépassé un million de smart contracts en un mois, soulignant un intérêt et un engagement rapidement croissants pour les outils et les projets de l’écosystème Tezos. Parmi ceux-ci, il y a en particulier les projets axés sur les NFT. 

Cette sixième mise à jour du protocole apporte, entre autres, les améliorations suivantes : 

 

– Doublement de la taille maximale des opérations 

– Optimisation du gas 

– Développement de Smart Contracts plus intuitifs 

– Processus de modification plus fiable

Hebdo crypto & blockchain #79 | 14/05/2021

Hebdo crypto & blockchain #79 | 14/05/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #79 | 14/05/2021

Goldman Sachs se lance finalement dans le trading des crypto-monnaies

Après une première expérimentation en 2018, le géant bancaire américain va finalement proposer à ses clients « un tableau de bord des actifs numériques », réunissant ainsi les principales crypto-monnaies. L’initiative de Goldman Sachs correspond aussi à la volonté de ne pas se laisser distancer par les autres acteurs du secteur bancaire qui cherchent à se diversifier avec ces nouveaux actifs numériques et qui, pour certains,  ont commencé à développer cette activité. Cela fait plus de quatre ans (2017) que la banque américaine pense sérieusement à développer cette activité, mais c’est seulement maintenant, face à l’explosion des cours et à l’essor de l’investissement en actifs numériques de beaucoup d’institutions aux USA que l’activité est lancée. Il y a deux ans, la banque avait reculé, craignant un durcissement de la réglementation sur le sujet. Nous avons lancé avec succès des ordres « sur des produits dérivés » liés à la crypto-monnaie, écrit la banque dans le document qui officialise la constitution d’une équipe interne dédiée au trading sur crypto-monnaies. L’équipe fait partie de la division “devises internationales et marchés émergents (GCEM)”, précise Goldman Sachs. Fraîchement nommé à la tête de la SEC, (Securities and Exchange Commission), Gary Gensler est un connaisseur des crypto-monnaies, et  a donc pu rassurer sur le sujet de la réglementation. Mais surtout, Gary Gensler est un ancien directeur de chez Goldman Sachs.

 

Et BNY Mellon, la plus vieille banque américaine a aussi fait le pari des crypto- monnaies

Rappelons qu’au mois de février, Bank of New York Mellon, la plus vieille banque des Etats-Unis (fondée en 1784), avait aussi annoncé se lancer dans les crypto-monnaies en proposant de prochainement gérer les actifs numériques pour le compte de ses clients. La banque  travaille également sur le développement d’une plateforme pouvant les conserver et les administrer (‘digital storage’).

 

De records en records pour le cours de l’Éther

Ether bat  records sur records depuis quelques jours. Le 3 mai, son cours a franchi pour la première fois de son histoire le seuil symbolique des 3 000 dollars. Ces quelques derniers jours, l’évolution de la crypto du protocole Ethereum n’a cessé de grimper ‘verticalement’ pour tutoyer les 4000 dollars le week-end du 8 mai (autour de 3950 dollars dimanche 9 mai). Ce record valorise la deuxième crypto-monnaie à plus de 450 milliards de dollars, soit plus que Mastercard par exemple (376 milliards de dollars). Ethereum se retrouve ainsi  dans le top 20 des plus grosses capitalisations boursières  mondiales. En un mois, le cours de l’Éther a augmenté de 80% alors que celui du bitcoin est resté quasi stable. Depuis le début de l’année, le cours de l’Éther a littéralement explosé à la hausse (x5  avec une progression de plus de 420% !)

 

Et la dominance de Bitcoin recule à un de ses plus bas niveaux

Du fait de la très forte performance de l’Éther ces dernières séances, mais aussi grâce aux forts gains de tout un ensemble de Altcoins et de jetons de projets de Finance Décentralisée (DeFi), la dominance de Bitcoin (son poids relatif dans la capitalisation totale des cryptos ) est tombée sous 50% pour tomber  même ces derniers jours à 45% . En effet, après sa forte hausse du premier trimestre, Bitcoin voit sa capitalisation plafonner autour de 1000 milliards de dollars (1076 milliards au 9 mai) depuis un mois  tandis que sur la même période, la capitalisation des Altcoins est passée de 800 milliards de dollars à 1350 milliards de dollars !

Hebdo crypto & blockchain #78 | 07/05/2021

Hebdo crypto & blockchain #78 | 07/05/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #78 | 07/05/2021

Le Britcoin ! Réflexion de la BoE pour la création d’une CDBC sur la Livre Sterling

La BoE (banque d’Angleterre) et le Trésor britannique ont déclaré qu’elles allaient étudier l’éventualité de lancement d’une Livre britannique numérique qui serait la monnaie numérique de banque centrale (CBDC) du Royaume Uni. Les deux institutions annoncent étudier les cas d’utilisations et risques d’un tel lancement sans se prononcer définitivement. Un groupe de travail est constitué pour évaluer les caractéristiques de cette potentielle monnaie numérique souveraine. Le fait que le sujet soit sur la table de plusieurs grandes banques centrales (BCE pour la zone Euro, Suède, Japon, Canada et bien sûr aussi la Chine avec le lancement prochain du Yuan numérique) est un fait important pour la BoE qui souhaite se positionner à l ‘avant-garde de l’innovation mondiale. Le ministre britannique des finances, Rishi Sunak, a tout de suite réagi à l’annonce en inventant le nom évocateur de ‘Britcoin’.

 

Bitmain annonce l’arrivée du nouveau matériel de minage Ethereum Antminer E9

La grande entreprise de minage de cryptos et fabricant d’ASIC, Bitmain, vient de révéler l’arrivée d’un nouveau matériel de minage de crypto-actifs qui sera dédié au minage d’Ethereum. Alors que Ethereum  progresse graduellement dans cette phase de transition actuelle  entre un processus de ‘preuve de travail’ (ou ‘proof-of-work’-PoW) vers un processus de ‘preuve d’enjeu’ (ou proof-of-stake-PoS), le nouveau matériel de Bitmain, l’Antminer E9 va être le plus rapide du marché pour le minage d’Ethereum. Avec  3 GH/s  de puissance de hashage, la puissance de l’Antminer E9 correspond à 25 Nvidia Geforce RTX 3090.

 

Binance propose des ‘stocks tokens’ – Le régulateur européen des marchés financiers n’apprécie pas

Binance, le leader mondial des ‘exchanges’ de cryptos (plateforme no1 devant Coinbase) propose à ses clients d’acquérir des tokens action ou ‘Stock Tokens’, y compris sous forme d’actions fractionnées. Il s’agit donc d’un nouveau moyen d’investir sur les actions à travers des jetons numériques. La semaine passée, Binance élargissait même son offre avec des titres MicroStrategy, Apple et Microsoft. Le produit est destiné à obtenir un succès considérable mais, au goût des régulateurs, Binance pourrait, avec ces produits financiers, enfreindre la législation sur les titres (ou securities).

 

Le géant des plateformes d’échanges, Binance, lance sa propre plateforme dédiée aux NFT

En juin prochain, Binance annonce le lancement  d’une place de marché entièrement consacrée aux tokens non fongibles (NFT). Cette plateforme dédiée se nommera « Binance NFT ». Ouvertes aux artistes et créateurs du monde entier, Binance promet des expositions de premier plan de ces tokens d’art unique, ainsi que de la liquidité et des frais «minimes ». Deux catégories de NFT sont d’ores et déjà annoncées : -une catégorie « Premium Event » pour les contributions les plus prisées et recherchées (10 % de frais, mais avec publicité et mise en valeur comprises), – un « Trading Market» qui permettra aux utilisateurs réguliers de créer facilement des NFT à un coût minimal (1% de frais).

 

Emission via Société Générale Forge d’une  obligation sécurisée sous forme de ‘Security Tokens’ sur une blockchain publique pour la BEI

La banque européenne d’investissement (BEI) vient d’émettre ses premières obligations sur la blockchain Ethereum pour un montant de 100 millions d’euros. A travers sa filiale dédiée aux actifs numériques, Forge, Société Générale fait partie de l’opération aux côtés de Goldman Sachs et Banco Santander.