);

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #81 | 28/05/2021

Restrictions supplémentaires sur le Bitcoin et les crypto-monnaies (privées) par les institutions financières en Chine

Les régulateurs chinois ont renforcé les restrictions qui interdisent aux institutions financières et aux sociétés de paiement de fournir des services liés aux crypto-monnaies, marquant une nouvelle répression contre les actifs numériques privés. La Chine ne reconnaissait déjà pas les crypto-monnaies comme monnaie légale et le système bancaire n’acceptait pas les crypto-monnaies et ne fournissait pas de services correspondants.  Les régulateurs financiers, y compris la PBOC (Banque centrale chinoise) avaient déjà interdit aux banques et aux sociétés de paiement de fournir des services liés au bitcoin. En septembre 2017, la Chine avait interdit les offres initiales de pièces de monnaies numériques (ICO) dans le but de protéger les investisseurs et de freiner les risques financiers. Ces restrictions avaient poussé la plupart des plateformes d’échange à fermer leurs portes et beaucoup d’entre elles se sont délocalisées.

 

A quoi correspondent ces mesures qui ont servi de prétexte à une lourde chute des cours des cryptos ?

Trois associations du secteur financier ont ordonné à leurs membres, qui comprennent des banques et des sociétés de paiement en ligne, de ne pas offrir à leurs clients de services impliquant des crypto-monnaies, tels que les échanges de devises, l’enregistrement, la négociation, la compensation et le règlement. Ces directives ont été formulées dans une déclaration conjointe de la National Internet Finance Association of China, de la China Banking Association et de la ‘Payment and Clearing Association of China’, et publiées par la PBOC. En outre, il est interdit aux institutions de fournir des services d’épargne, de fiducie ou de nantissement de crypto-monnaies et d’émettre des produits financiers liés aux crypto-monnaies. Les services d’information liés aux crypto-monnaies, l’assurance et le commerce de produits dérivés sont également interdits. Les entreprises ont également été invitées à renforcer la surveillance des flux financiers liés au commerce des crypto-monnaies. A travers ces mesures, et peu avant un moment charnière pour la Chine qui va lancer son yuan numérique, la concurrence des crypto-monnaies privées pose problème.  Les services proposés par les plateformes pouvaient rapidement permettre la conversion de yuan ou de yuan numérique en cryptos. Ne doutons pas que les transactions ‘peer to peer’ (gré à gré) vont se développer (la blockchain est faite pour ça). Il ne fait finalement plus aucun doute que la Chine veut assurer un contrôle total des flux monétaires, des paiements et du circuit financier pour contrôler la circulation des capitaux, et les crypto-monnaies ne peuvent s’en accommoder. Même AliPay et WeChat Pay vont être pénalisés. Mais il n’est finalement pas certain que ces mesures représentent la meilleure façon de crédibiliser le yuan et sa future version numérique.

 

Double annonce : vendredi 21 mai, les autorités chinoises annoncent aussi   de futures restrictions sur l’activité de minage

Peu de temps après les annonces concernant l’interdiction de l’utilisation des crypto-monnaies par les institutions financières chinoises, Pékin a aussi annoncé envisager de réprimer les activités de production et de trading du bitcoin pour lutter contre les risques financiers. En effet, pour répondre à ses besoins en électricité, la production de Bitcoin, ou activité de “minage”, avait trouvé son eldorado en Chine avec un prix de l’électricité attractif (en particulier avec la récupération de l’énergie hydro- électrique non consommée du Sichuan lors de la période de mousson). Mais l’industrie a déjà commencé à réagir car la part de minage mondial réalisée en Chine est déjà rapidement tombée de 75% à 50% en l’espace d’un an et demi. Là non plus, il n’est pas évident que les autorités chinoises fassent le bon choix. Le minage de Bitcoin est en train de se déplacer au Kazakhstan, en Iran, aux Etats-Unis et ailleurs….

 

Diem, le projet de monnaie numérique de Facebook quitte la Suisse pour les US

L’association Diem, qui pilote le projet de monnaie numérique lancé par Facebook, quitte Genève pour les Etats-Unis. L’association a fait savoir qu’elle allait se concentrer sur l’émission d’une crypto-monnaie indexée au dollar (sous-entendu sous la pression du Congrès et des autorités américaines). Loin des ambitions initiales du réseau social, l’organisation a fait alliance avec une banque américaine, Silvergate, qui émettra le Diem, un “stablecoin”, c’est-à-dire une crypto monnaie dont le cours est fixe et qui repose sur la technologie blockchain. En l’occurrence, Diem sera lié à l’évolution unique du Dollar US et non à un panier des principales devises, comme initialement prévu avec le projet Libra (ce qui semblait naturel pour un moyen de paiement destiné à quelques 2 milliards 300 millions d’utilisateurs des réseaux sociaux du groupe à l’échelle globale). L ‘association déplace donc son siège, actuellement basé à Genève, de l’autre côté de l’Atlantique. Elle a également retiré sa demande déposée il y a un an auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), pour obtenir une autorisation en tant que système de paiement.

Share This