);

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #73 | 23/03/2021

Casino débarque en ville avec LUGH (EUR-L), le premier Crypto-Euro

Une surprise est venue occuper le paysage des monnaies numériques en France avec l’annonce de lancement du projet ‘LUGH’ (en référence à « la principale divinité gauloise »). Le nouvel actif est présenté comme « le premier actif numérique français adossé à l’Euro ». En effet, les acteurs derrière ce stable coin inédit ne sont pas ceux auxquels on aurait pu s’attendre. Car d’un point de vue technologique, l’ensemble semble solide grâce à la présence de Nomadic Lab (écosystème Tezos) et SCEME pour l’environnement blockchain. Mais surtout, financièrement, LUGH sera auditable avec la garantie que derrière chaque jeton est bien stocké son équivalent en euro, et c’est la Société Générale qui sera garante pour sa part de la conformité bancaire et hébergera d’ailleurs les comptes sur lesquels les transactions de LUGH s’opéreront. Un partenariat est également passé avec CoinHouse dans le cadre de ce projet mais c’est surement la présence et l’initiative de PwC France et Maghreb et surtout du groupe de distribution Casino (qui propose également des services bancaires via Floa Bank) qui a le plus étonnée. L’idée est de faire à terme de LUGH un vecteur de paiement assorti de caractéristiques nouvelles.

 

Grayscale lance 5 nouveaux fonds d’investissement  crypto

Les 5 nouveaux fonds qui sont lancés par le célèbre spécialiste américain Grayscale Investments, sont disponibles pour les investisseurs particuliers et institutionnels. Ces nouveaux produits sont le Basic Attention Token (BAT) Trust, le Chainlink (LINK) Trust, le Decentraland (MANA) Trust, le Filecoin (FIL) Trust et le Livepeer (LPT) Trust. Leur mode de fonctionnement sera identique à ceux des fonds Grayscale déjà existants (fonds indexés aux Bitcoin, Bitcoin cash, Ethereum, Ethereum classic, Horizen, Litecoin, Stellar Lumens et Zcash, ainsi que le Digital Large Cap Fund). Ainsi, au 16 mars, Grayscale Investments gère 42.9 milliards de dollars d’actifs numériques (AuM) à travers 14 différents produits.

 

Vente aux enchères de bitcoins par l’Etat français

Une des salles des ventes du réseau Drouot a accueilli une vente aux enchères un peu spéciale. C’est l’Etat français qui a réalisé sa première vente aux enchères judiciaire de bitcoins, car dans le cadre d’une affaire de cybercriminalité, l’Etat en avait saisi un total de 611  . La plus grande part des bitcoins  proposés à la vente viendrait du rocambolesque piratage de la plateforme londonienne Gatehub, opération qui avait, en juin 2019, abouti au détournement de 23 millions de XRP (environ 10 millions de dollars au moment des faits). Après ce piratage, les intéressés avaient rapidement converti leurs XRP en BTC. Ces bitcoins ont été finalement saisis et sont maintenant vendus aux enchères. Certains lots ont été achetés au-dessus du prix du marché, mais au final, les acheteurs ont en moyenne pu profiter d’un prix de revient d’environ 40 000 euros. Résultat de la vente = 24 millions d’euros de recettes.

 

Un député français signe une pétition demandant à la banque centrale (Banque de France) de pouvoir détenir du Bitcoin et d’autres crypto-actifs

Un parlementaire français, Jean-Michel Mis, député de la 2ème circonscription de la Loire, membre du parti LREM, a signé une pétition demandant la possibilité à la Banque de France de pouvoir détenir des crypto-monnaies. La pétition vise à un amendement de la loi afin de permettre cette possibilité. Elle met l’accent sur l’urgence à pouvoir utiliser cette possibilité car sinon, la France « serait dans une situation financière de faiblesse dans les cinq à dix ans ».  Elle rajoute  «que la France ne peut décemment pas seulement rester un observateur dans une course qui a déjà commencée. Ne pas détenir de bitcoins mettrait la France  dans une situation financière de faiblesse dans les cinq à dix ans. Il est urgent de s’en occuper »   Le député  propose donc une “mise à jour du code monétaire et financier pour doter la Banque de France d’une capacité à acheter, vendre et détenir des bitcoins ainsi que d’autres crypto actifs ». La pétition court jusqu’au 5 septembre sur la plateforme électronique du Sénat. Le député Jean-Michel Mis, membre de la commission des lois de l’Assemblée Nationale a été co-rapporteur de la mission d’information sur les blockchains et vice-président des groupes d’études  « Cyber sécurité et souveraineté numérique ».

Share This