);

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #68 | 03/02/2021

Fin du premier test de monnaie numérique par la Banque de France

On le sait, la Banque de France aussi,  étudie sérieusement l’opportunité d’utiliser une monnaie numérique. L’expérience s’est déroulée le 17 décembre 2020 sur la plateforme IZNES  et a nécessité la participation de plusieurs institutions financières dont Citi, CACEIS, Groupama, OFI et DXC. Les 2 premières institutions ont joué le rôle de banques commerciales dans le cadre d’une opération d’achats de CBDC (monnaie numérique de banque centrale) d’une valeur de plus de 2 millions d’euros auprès de la Banque de France. Cette dernière s’est assurée de la fiabilité de ses contrats intelligents (‘smart contracts’) pour émettre et contrôler la circulation d’une CBDC. Comme prévu, les ‘smarts contracts’ ont pu fournir la preuve que les fonds avaient été réellement virés vers les comptes des banques commerciales. Bien avant cette opération, la Banque de France avait déjà effectué avec succès un premier test de CBDC en mai 2020. Elle avait ensuite missionné la Société Générale pour l’aider à développer sa propre monnaie numérique. Elle avait d’ailleurs effectué un autre test avec Tezos en septembre 2020 avant d’en réaliser un autre un mois plus tard avec ConsenSys.

 

Le patron de Visa s’intéresse maintenant beaucoup aux crypto monnaies

Alfred Kelly, le patron du géant des paiements Visa, a déclaré que l’entreprise voulait “travailler avec les portefeuilles et les Bourses” pour gérer des crypto -monnaies afin de rendre ses propres solutions de cartes interopérables avec les monnaies numériques.  Après avoir fait la distinction entre les cryptos qui représentent de nouveaux actifs tels que  le Bitcoin et les “autres monnaies numériques et les stable coins” soutenues par des avoirs en monnaie fiduciaire, il a déclaré : “nous considérons toutes les crypto-monnaies comme de l’or numérique. Elles sont principalement détenues en tant qu’actifs qui ne sont pas utilisés comme forme de paiement de manière significative à ce stade. Notre stratégie consiste à travailler avec les portefeuilles et les plateformes d’échange pour permettre aux utilisateurs d’acheter ces devises en utilisant leur carte Visa”. Il semble que Alfred Kelly fasse un appel du pied envers les émetteurs de stable coins ainsi qu’à destination des banques centrales qui souhaitent émettre leurs monnaies numériques.

 

Marathon Patent Group se renforce encore en bitcoins en rachetant pour l’équivalent de 150 millions de dollars de la crypto monnaie.

Il s’agit cette fois d’un achat destiné à la trésorerie de la société. La célèbre entreprise de minage Marathon Patent Group a annoncé avoir acheté  4 813 bitcoins pour un montant représentant  environ 150 millions de dollars à un prix unitaire de 31 135$ par bitcoin. L’opération a été réalisée par l’entreprise de services en crypto actifs  New York Digital Investment Group (NYDIG) le 21 janvier. De ce fait, la société s’ajoute à la liste des entreprises qui investissent leurs trésoreries en Bitcoin. Merrick Okamoto, président et directeur général  de  Marathon a déclaré « nous croyons que détenir une partie de notre réserve de trésorerie en  Bitcoin sera une bien meilleure stratégie à long terme que de conserver du Dollar US, à l’image de ce qu’a fait MicroStrategy, une entreprise avant-gardiste ».

 

Le plus gros ‘Token Burn’ par Binance

Le 18 janvier 2021,  Binance  a annoncé un ‘burning’ de plus 3,6 millions de tokens BNB. Ce retrait définitif estimé à environ 165,8 millions de dollars en BNB représente la 14ème opération trimestrielle du genre réalisée par la plateforme car lors du lancement  du BNB, Binance s’était engagé à retirer de la circulation 100 millions de BNB. À ce jour, Binance a déjà retiré de la circulation environ 13% de l’approvisionnement en BNB depuis le lancement de ce dernier il y a 3 ans et demi. À chaque nouvelle vague, la quantité totale d’actifs concernés par le ‘burn’ est basée sur le volume des échanges sur la plateforme au cours du trimestre précédent. Le PDG de Binance, Changpeng Zhao a par ailleurs rappelé que ‘l’exchange’ détenait effectivement des BNB et que l’essentiel de ses revenus s’exprimait désormais dans son token natif.

Share This