);

L’Or et le digital : la combinaison gagnante

par | Déc 16, 2020 | 0 commentaires

Dans un contexte de frénésie monétaire et de risque de perte de confiance dans les monnaies, l’investissement en Or reprend tout son sens. Mais à l’ère du digital, de nouvelles solutions simples et efficaces sont possibles pour rendre l’accès ‘à la relique barbare’ plus facile.

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant déjà acquis un certain niveau de connaissance dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si l’article vous paraît indigeste, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Pourquoi investir sur l’or ?

Depuis la création et l’utilisation des premières pièces de monnaie en Or il y a 2500 ans dans la Grèce antique, les qualités spécifiques du métal jaune en ont fait un étalon, un placement refuge et un moyen de transaction inégalé. De ses caractéristiques physiques très spécifiques (stabilité chimique et durabilité) et de sa rareté, l’Or subsiste encore comme l’un des rares remparts à la dévaluation constante des monnaies traditionnelles (monnaies souveraines en particulier – voir graphique du pouvoir d’achat du dollar US en or), aux vagues d’inflation ou aux politiques monétaires ultra accommodantes. Celles-ci résultent de taux de croissance très élevés des masses monétaires, et ce, sans contrepartie économique (on crée de l’argent fictivement, ce qu’on dénomme politique de ‘planche à billets’ en monétisant la dette publique, sans création de richesse équivalente). La forte récession provoquée par la crise sanitaire en 2020 a encore amplifié cette tendance, à savoir des croissances très importantes des bilans des banques centrales destinées à financer l’explosion des dettes et déficits publics (de16% à 20% du PIB aux USA en 2020) via l’achat par l’autorité monétaire d’obligations émises par l’Etat, politiques popularisées sous le vocable QE (‘Quantitative Easing’). Bien évidemment, cet argent ‘magique’ a, ou aura, des conséquences importantes à moyen-long terme.Une des conséquences évidentes porte sur la dégradation intrinsèque du pouvoir d’achat de la monnaie. En apparence, il n’y pas de conséquence immédiate puisque toutes les grandes banques centrales procèdent à la même politique (Fed aux Etats-Unis, BCE en zone Euro, banque d’Angleterre pour la Livre Sterling, Yen japonais pour la BoJ au Japon) et que les évolutions des grandes parités de change ne sont soumises (pour l’instant) qu’à leur volatilité habituelle et pas à l’érosion provoquée par ces dérives monétaires. Seule l’Or nous garantit et assure une protection contre ce risque.

Si une monnaie pouvait démontrer de façon crédible que sa masse ne peut pas être augmentée, elle gagnerait immédiatement en valeur. C’est bien pour cela que le métal jaune préserve le pouvoir d’achat depuis les origines, mais en particulier depuis le début du XXème siècle et la création des monnaies d’Etat. Le banquier John Pierpont Morgan l’a brillamment résumé dès le début des années 1900 en affirmant que « L’or est une monnaie, tout le reste est du crédit ».

Ainsi, le XXème siècle fut un siècle de dévaluations répétées des monnaies, ainsi que de l’omniprésence et de l’omnipotence des États. A la fin de la première guerre mondiale et des ruines financières qu’elle a générées, nous avons successivement vécu la fin du Franc Or, et quelques années plus tard en 1931, la fin de la convertibilité ‘Or’ de la Livre britannique. Les dérives de l’endettement public et des déficits, concomitants à l’accélération des politiques économiques interventionnistes (politiques keynésiennes), la centralisation des réserves via l’invention des banques centrales modernes (1913 pour la Fed américaine) fondées sur l’étalon-or, ont permis aux gouvernements d’augmenter l’offre de monnaie au-delà de leurs réserves en or, réduisant ainsi la valeur de leurs devises. Les accords de Bretton -Woods en 1944 officialisent l’avènement du Dollar américain (adossé à l’or) comme monnaie centrale, et les banques centrales continuent de ‘confisquer’ l’or jusqu’aux années 1960, période durant laquelle l’adoption du Dollar -‘étalon’ se généralise. L’augmentation des dettes et déficits avec, en particulier, le conflit au Viêt -Nam contre le monde communiste, accéléra la fin de la convertibilité du Dollar en or en 1971 sous la présidence Nixon.

     Quelles sont les caractéristiques et les défauts de la détention d’or aujourd’hui ?

    En revanche, malgré les qualités et caractéristiques favorables à l’investissement en or, il faut reconnaitre que détenir du métal jaune sous forme physique (la seule qui permet à l’or de maintenir son rôle de refuge en cas de crise financière ultime, d’hyperinflation ou de faillites bancaires) revêt quelques inconvénients :

     

    • L’or ne génère pas de revenus contrairement aux investissements productifs comme les actions de sociétés qui versent des dividendes, l’immobilier qui verse des loyers, ou les obligations qui versent des coupons. Donc il faut patienter jusqu’à la revente pour matérialiser éventuellement un gain s’il y a plus-value. C’est d’ailleurs cet absence de rendement versé qui explique la raison pour laquelle la hausse des taux d’intérêt réels (le taux d’intérêt réel correspond au taux nominal auquel on soustrait le niveau d’inflation ou  d’inflation anticipée) fait mécaniquement baisser la valeur de l’or puisque la comparaison d’un placement sans rendement (l’or) avec un placement rémunéré par un rendement se détériore au bénéfice du placement à revenu. Vice versa, la baisse des taux réels favorise la valeur fondamentale de l’or, toutes choses étant égales par ailleurs.

       

    • Coût du stockage de l’or physique sous ses multiples formes (pièces, barres, lingots,…)

       

    • Non praticité et risque de la détention d’une matière rare et précieuse comme l’or

       

    • L’or présente des épisodes de forte volatilité, le risque de perte en capital sur des périodes courtes est important. Il faut donc considérer ce placement  comme un investissement long terme pour lisser la volatilité, au même titre que l’investissement en bourse et l’immobilier.

       

    • Par voie de conséquence, c’est en raison de ces inconvénients liés à la détention d’un actif physique que se sont développés des instruments financiers cotés sur les marchés (ou ‘pricés’ par des intermédiaires) du type contrats d’options, contrats à terme ou CFD  sur l’or,  warrants, trackers,…C’est aussi par l’intermédiaire du marché actions que certains investisseurs s’exposent à  la hausse du métal jaune via l’investissement en actions sur des sociétés minières. Néanmoins, la seule véritable détention qui fait sens compte tenu de la nature intrinsèque de l’or comme placement est la forme ‘physique’. C’est la  raison pour laquelle les primes (valeur de marché supérieure à la valeur intrinsèque) des pièces ou lingots ont tendance à s’apprécier durant les  crises financières sévères (cf 1980).

    Comment investir sur l’or ?

    Alors, si vous souhaitez investir dans l’or de façon traditionnelle voici les quelques façons de s’exposer à sa performance  : 

     

    • La plus simple et la plus pertinente fondamentalement est donc d’acheter de l’or physique (pièces, lingots, lingotins) auprès de boutiques ou de sites spécialisés. Avec un bout de patrimoine investi en or physique, se pose bien sur la question du stockage et de la sécurisation de ce capital en matière précieuse : coffre scellé, en banque, avec le coût associé à ce type de détention. Certains acteurs offrent maintenant la possibilité de réaliser des achats ou ventes d’or en ligne et offrent la possibilité d’en externaliser la détention physique. Enfin, citons la banque américaine d’investissement JP Morgan qui a mis en place une blockchain afin de tracer ses métaux précieux.

       

    • Détenir de l’or papier auprès de banques ou de courtiers : ici les supports les plus utilisés sont souvent les ETC (Exchange Traded Commodities) ou les certificats que l’on peut détenir sur des placements comme l’assurance-vie en unité de compte ou encore un compte-titres. Ces ETC ou certificats sont des « trackers » qui répliquent la performance du métal jaune.

       

    • Les plus spéculateurs peuvent aussi intervenir sur l’or avec de l’effet de levier par le biais de warrants ou par l’intervention sur des contrats à terme (sur le marché américain du COMEX ) ou CFD (Contracts For Difference) par le biais d’une plateforme de trading (elles proposent toutes cette possibilité mais attention aux frais et aux potentielles  pertes rapides en cas d’expositions trop importantes)

    • Investir de l’or en bourse par le biais d’actions dans des sociétés du secteur minier : C’est d’ailleurs ce qui a été réalisé par Warren Buffet pendant l’été 2020 ; ce qui montre la voie de l’investissement dans des actions de sociétés minières cotées en bourse. En réalité, investir sur des sociétés minières relèvent plus de l’investissement en actions (dans un secteur spécifique qui est l’exploitation minière) que de l’achat de métal précieux comme placement refuge et  position alternative au reste de ses actifs financiers.   

     

    La nouvelle façon : l’or en mode digital

    On vient de le voir, investir dans l’or est un réflexe ancestral en cas de crise, en particulier de crise financière. L’or n’appartient à aucun Etat (mais de nombreux Etats en possèdent) ni à personne, l’or est intemporel et sans frontières.

    Mais aujourd’hui, il est possible d’investir en or sous  forme numérique.

    Nous vous  présentons  ici deux types de solutions pour bénéficier à la fois des avantages  fondamentaux propres à l’or et des avantages des actifs numériques, à savoir la fluidité, la souplesse et la rapidité des échangesen mode digital.

      1. Pax Gold

      Pax Gold (PAXG) est un actif numérique couvert par une contrepartie physique (en or) proposé par les fondateurs de l’un des plus importants ‘stable –coins’ sur les marchés des crypto actifs (les stables coins sont des actifs numériques qui répliquent la performance d’une devise ou d’un actif physique, ou financier), PAXOS Standard. Lancé en septembre 2019, la capitalisation de marché de Pax Gold atteint plus de 78 millions de dollars US (au 10 décembre 2020) et reproduit avec fidélité le parcours du prix de l’once sur le marché international.

      • Et pour cause, il est possible de se faire rembourser ses ‘coins’ Pax Gold en or physique. La contrepartie des Pax Gold est scrupuleusement ajustée en barres d’or physique.
      • Il est également possible de se faire rembourser ou d’échanger à tout moment ses PaxGold en autres crypto-actifs sur les plus grandes plateformes qui supportent les jetons numériques  (tokens) ERC-20 de la blockchain Ethereum. Ainsi les Pax Gold sont disponibles sur les ‘exchange ‘ Binance, BitZ, FTX, HitBTC et Kraken.

      Techniquement, Pax Gold répond aux mêmes conventions que celles supportant PAX standard (le stable coin qui permet d’échanger des Standards tokens de Paxos en dollar US).  Pax Gold offre une solution numérique de détention  d’or qui est régie par la réglementation du NYDFS (New York Department of Financial Services). Cela signifie que le jeton numérique répond à un certain nombre d’exigences de transparence et de stabilité qui lui permet d’être traité sur le marché. La société Paxos travaille avec les cabinets Deloitte et Grant Thornton pour assurer les audits internes et l’évaluation annuelle  de l’actif, ce qui procure une  garantie de cotation juste et de bon  fonctionnement du jeton auprès des détenteurs – investisseurs en Pax Gold.

      Mais Pax Gold n’est  pas l’unique jeton numérique adossé à l’or.

      Tether Gold (XAUT) est son principal concurrent et dispose en principe du même mécanisme et des mêmes avantages que Pax Gold. Il est offert par TG Commodities Limited.

      2. Vera One

      C’est une solution originale qui est proposé par la société française aucoffre.com

      VeraOne est en fait également un stable coin adossé au cours de l’or détenu et stocké dans des coffres en Suisse. 

      Le principe est simple : vous achetez un VRO, soit 1 gramme d’or physique, que vous déposez sous la forme de token dans un wallet utilisant la technologie Ethereum, et l’or physique est stocké et géré sous votre patronyme par la société. Ce token VRO constitue donc  l’acte de propriété. On retrouve ici aussi  les caractéristiques de la blockchain : des tokens transférables sans aucun intermédiaire, la propriété de l’or traçable et une solution sûre et stable puisque adossée à l’or physique.

      L’entreprise qui gère ce produit conserve donc dans ses propres coffres une certaine quantité d’or. À chaque fois qu’un client souhaite acquérir une fraction de ces réserves, des tokens sont générés sur la blockchain pour le montant correspondant. Le cours de chaque token suit celui de son sous-jacent, et peut être revendu ou échangé à n’importe quel moment comme tout autre actif présent sur la blockchain.

      Sur cette solution, il est évident que la notion de confiance est essentielle. Le principal risque est que l’entreprise qui vend un tel produit ne dispose pas dans ses coffres, de la quantité d’or physique suffisante par rapport à la quantité de tokens disponibles sur le marché. C’est pourquoi des audits réguliers des réserves sont là aussi nécessaires pour s’assurer que la parité est bien respectée.

      L’originalité de l’offre de cette société tient aussi au fait qu’il existe simultanément  une possibilité (Veracash) d’obtenir un compte et une carte de paiement adossée à l’or détenue (existe aussi la possibilité sur l’argent métal) , afin de régler ses achats de tous les jours.

      Caractéristiques du VRO

          • Pureté maximale à 999.9/1000 d’or : chaque flanc produit par notre affineur est directement frappé et mis sous scellé.
          • Cours légal de 2 Livre de Gibraltar (GIP) : la pièce est monnayable puisqu’elle est officiellement reconnue par le gouvernement de Gibraltar
          • Pièce respectueuse de l’environnement : l’or pur de la pièce est en majorité issu de l’industrie du recyclage. Notre partenaire est reconnu par la LBMA, garantissant ainsi la qualité et l’origine de l’or.
          • Pas de TVA à  l’achat : la Vera One entre dans la catégorie des pièces à cours légal. Selon la Directive Européenne 98/80/CE du conseil du 12 octobre 1998, les pièces à cours légal ne sont pas soumises à la TVA.
          • Fiscalité avantageuse à la vente : la Vera One est exonérée de taxe sur les plus-values si la vente est inférieure à 5000€ puisqu’elle entre dans la catégorie des pièces à cours légal. 

      Conclusion : 

      Avec le développement de l’utilisation des actifs numériques, il est clair que l’investissement en métal jaune via des solutions digitales telles que celles présentées dans l’article vont progressivement se généraliser. D’autres métaux précieux (ou métaux industriels) seront aussi rapidement susceptibles d’être tokénisés à l’avenir. L’important repose sur la capacité de répliquer avec justesse, transparence et sécurité (contrepartie physique et conditions de stockage) la performance et les qualités fondamentales de l’investissement en or.

      A propos du redacteur…

      Une passion : l’économie, la finance comportementale et l’émergence des actifs digitaux

      Yves a débuté sa carrière dans le métier de la gestion en 1986 ou il a occupé différents postes de gérant de fonds actions et de fonds diversifiés au Crédit Commercial de France puis au sein du groupe Barclays à Paris. En 1998, il a pris la direction de la gestion actions et diversifiée puis de la gestion de la structure française du groupe néerlandais Robeco avant de rejoindre Natixis Asset Management en 2012 en tant que directeur de la Business Unit de gestion actions. Yves quitte Natixis AM en 2018 pour intervenir en indépendant auprès d’investisseurs professionnels et d’entreprises (conseil en levée de capital).

      Amateur de sports d’endurance (course à pied et natation), Yves est aussi passionné par les sciences humaines, en particulier l’histoire et l’économie. Mais ce sont les aspects comportementaux des mécanismes économiques et l’analyse comportementale des marchés qui sont pour lui une source constante de réflexion et d’échange. Depuis quelques années, le sujet de la ‘blockchain’ et l’émergence des crypto actifs représentent pour lui un nouveau sujet de passion et d’opportunités.

      Yves Maillot

      Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

      Yves Maillot

      Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

      Blockchains publiques, permissionnées et privées

      Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

      Tout comprendre sur les ICO, STO et IEO

      L’ICO est une innovation financière qui constitue une étape importante dans le processus de transformation déclenché par la blockchain. Elle bouleverse le rapport traditionnel à la propriété. Nous analyserons dans un second temps aussi les STO et IEO.

      Share This