);

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #60 | 08/12/2020

Le macro Hedge Fund Guggenheim va investir sur le Bitcoin

Le fonds  ‘Guggenheim Macro Opportunities Fund’, célèbre Hedge Fund américain, annonce chercher à s’exposer à la performance de Bitcoin en investissement à travers le fonds spécialisé de Grayscale, le Grayscale Bitcoin Trust. Guggenheim vise à s’investir jusqu’à hauteur de 10% de son actif qui pèse près de 5.3 milliards de dollars US. Cet investissement dans la crypto-monnaie représentera donc environ 530 millions de dollars.

Ripple Labs cède 4 millions d’actions Moneygram, soit environ un tiers de sa participation dans la société

Ripple Labs est en train de céder le tiers de sa participation dans la société Moneygram.  La décision de Ripple de se dessaisir d’actions Moneygram, entreprise américaine de transfert d’argent, résulte apparemment de la forte appréciation du cours boursier de la société. En effet, le cours de Moneygram s’est apprécié de 260% depuis le début de l’année 2020. De plus, Ripple souhaite dégager du cash. La vente de 4 millions de titres Moneygram rapportera environ 30 millions de dollars au cours actuel, soit un gain de 50% pour Ripple.

Coinbase, broker en bitcoins de la société Microstrategy, cotée au Nasdaq

Depuis plusieurs mois, la société MicroStategy cherchait à convertir une partie de sa trésorerie en bitcoins. Son CEO, Michael Saylor, expliquait d’ailleurs qu’il s’agit d’une stratégie à long terme. Michael Saylor est en effet persuadé de la poursuite de la déconfiture de la valeur du dollar et fait partie des grands adeptes de Bitcoin comme le meilleur instrument de refuge et d’émancipation économique. La trésorerie de cette société cotée au Nasdaq a donc été quasi intégralement placée sur  la crypto-monnaie. Il se trouve que c’est la plateforme Coinbase qui a joué le rôle d’intermédiaire (ou broker) dans cette transaction importante de 425 millions de dollars  qui a déjà généré, à ce jour, plusieurs centaines de millions de dollars de plus-values.

Des chercheurs chinois prétendent avoir gagné la suprématie quantique
Un ordinateur quantique peut faire des calculs beaucoup plus rapidement qu’un ordinateur classique. Jusqu’à présent,  la suprématie quantique appartenait à Google qui annonçait, grâce à son ordinateur quantique Sycamore,  être capable de faire en 200 secondes ce qu’un ordinateur classique puissant ferait en 10 000 ans. L’ordinateur de Google dispose de 54 qubits (les qubits  sont des unités de stockage d’information quantique). Des chercheurs chinois de l’université de sciences et de technologie de Chine à Hefei prétendent aujourd’hui disposer d’une capacité quantique capable de réaliser des calculs cent mille milliards de fois plus rapidement que les plus puissants supercalculateurs actuels. La technologie chinoise qui manipule des particules de lumière serait 10 milliards de fois plus rapide que celle de Google basée sur des supraconducteurs ultra-froids. Le monde des actifs numériques  s’intéresse sérieusement au sujet car de telles puissances permettraient de casser la cryptographie de la blockchain.  Mais la stabilité de ces supercalculateurs fait pour l’instant largement défaut et les enjeux du déploiement futurs de ces machines vont bien au-delà de la crypto-monnaie.

Pour en savoir plus, cliquez-ici

Share This