);

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Hebdo crypto & blockchain #54 | 27/10/2020

La Banque Centrale du Japon (BoJ) sortira un modèle de monnaie numérique fonctionnel en 2021

Après avoir collaboré avec la BRI (Banque des Règlements Internationaux) à la rédaction d’un rapport sur les principes fondamentaux des CBDC (monnaies numériques de Banque Centrale), la Banque du Japon se lance aussi (voir projet coréen) en projetant le démarrage de sa crypto-monnaie pour 2021. La BoJ vient de publier un document décrivant son approche spécifique des CBDC dans le contexte japonais. Dans son rapport, la Banque du Japon prévoit de lancer des tests  à grande échelle sur l’utilisation d’une  CBDC dès l’année prochaine. Plusieurs phases de tests seront ainsi lancées à travers tout le pays afin d’apprécier la fiabilité de ses fonctions de base, notamment en tant qu’outil de paiement. Par ailleurs, la phase de tests ciblera l’une des caractéristiques essentielles de résistance aux risques, en particulier celle qui touche  la résilience de la monnaie numérique face à une infrastructure perturbée par des forces majeures. Le rapport stipule que : « L’utilisation hors ligne en cas de défaillance du système et du réseau ainsi que de panne électrique est également importante pour le Japon, étant donné la fréquence des catastrophes naturelles ».

 

Une nouvelle de taille.  Paypal va permettre l’utilisation des crypto monnaies, mais sous conditions

Paypal, le géant du paiement se prépare à introduire l’achat, la vente et le stockage de crypto-monnaies. Via l’utilisation directe de leurs comptes Paypal, les utilisateurs pourront donc utiliser Bitcoin pour réaliser des achats dès l’année prochaine aux Etats-Unis. D’ici début 2021, d’autres pays devraient aussi pouvoir en bénéficier, tout comme la possibilité de régler ses achats chez plus de 26 millions de commerces et services qui acceptent les paiements via PayPal. Notons toutefois que les marchands recevront à priori les paiements directement convertis en monnaie fiduciaire (soit en dollars en l’espèce), et non directement en cryptos. Pour l’instant, seules 4 crypto monnaies seront utilisables sur les comptes de ces utilisateurs, à savoir  Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Litecoin (LTC) et Bitcoin Cash (BCH), car pour proposer ses services en cryptos, PayPal n’a obtenu qu’une première licence conditionnelle du Département des services financiers de l’État de New York. À terme, les 346 millions de comptes PayPal actifs dans le monde – (qui ont vu transiter  222 milliards de dollars de paiements au cours du deuxième trimestre 2020) – devraient donc avoir accès aux crypto-monnaies… mais avec un accès qui reste très contrôlé. Car les utilisateurs n’auront  pas accès aux clés privées des cryptos, lesquelles  resteront en vase clos dans le système de PayPal. Ainsi, vous ne pourrez ni les sortir, ni en faire entrer depuis une source externe à PayPal. C’est le nouveau service de courtage de Paxos – Paxos Crypto Brokerage, qui s’occupera des aspects réglementaires, technologiques et de liquidités des futures options cryptos de PayPal.

 

Via Exaion, EDF devient validateur de la crypto Tezos  (XTZ)

A travers sa filiale Exaion (fournisseur ‘cloud’ de solutions blockchain et de calculs haute performance), le groupe EDF devient la première entreprise française à participer à l’écosystème Tezos en tant que validateur institutionnel. Exaion devient en effet partie prenante validateur ‘baker’ du réseau  et participe ainsi  au fonctionnement de la blockchain Tezos.  Rappelons que le rôle de ‘baker’ dans le protocole Tezos est un peu équivalent à la fonction de minage dans une blockchain à ‘preuve de travail’ (ou ‘Proof of Work’  PoW) du type Bitcoin qui utilise la puissance de calcul des mineurs pour assurer le bon fonctionnement de la blockchain. Mais dans le cas de Tezos, il s’agit d’un mécanisme dit à ‘preuve d’enjeu liquide’ (ou ‘Liquid Proof of Stake’ LPoS), un système de création-validation qui suit un protocole permettant un fonctionnement du réseau avec une utilisation minimale d’énergie consommée. Chaque bloc est créé par un ‘baker’  sélectionné au hasard et validé par le reste du  réseau. Les bakers mettent en garantie leurs  Tezos (XTZ) pour s’assurer que les blocs sont correctement validés, ce qui permet d’encourager la participation au réseau Tezos et de garantir sa sécurité. A titre d’exemple, citons  la Gendarmerie Nationale française qui  utilise une blockchain et des ‘contrats intelligents’ Tezos pour la gestion automatique de certaines  notes de frais, ainsi que la société Equisafe (tokenisation d’actifs immobiliers)  qui utilise Tezos en raison de la sécurité renforcée de cette blockchain.

Pour en savoir plus cliquez-ici.

Share This