);

Tout comprendre sur le Tezos!

par | Mai 19, 2020 | 0 commentaires

Dans le monde de la blockchain, Tezos est un projet qui s’est fait remarquer. Tezos est une nouvelle plateforme destinée aux smart contracts et aux applications décentralisées.

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant déjà acquis un certain niveau de connaissance dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si l’article vous paraît indigeste, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Historique

Tezos est le produit de plusieurs années de réflexion. La première version du White paper est sortie en 2014. Les deux auteurs sont, Arthur et Kathleen Breitman. A ses débuts, Arthur Breitman était ingénieur-chercheur pour Google X et Waymo. Plus tôt dans sa carrière, il a notamment travaillé comme analyste quantitatif pour Goldman Sachs et Morgan Stanley. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Université de New York où il s’est consacré aux mathématiques appliquées.Sa femme et partenaire Kathleen Breitman est également diplomée de l’Université de New York. Le couple Breitman s’est ensuite entouré de spécialistes convaincus du développement d’écosystèmes décentralisés, auto-régulés et fortement sécurisés La combinaison de la vision de cette équipe, et d’une communauté grandissante a permis à Tezos de lever 232 millions de dollars en 2017, la somme la plus importante jamais levée à l’époque dans le monde crypto.

L’ICO de Tezos s’est d’ailleurs distinguée de beaucoup d’autres, non seulement par la taille mais aussi parce qu’elle visait à attirer une communauté d’investisseurs tournés d’abord vers la technologie, communauté qui pourrait aider à l’évolution globale du projet. Tezos a ainsi levé en crypto monnaies 65 703 BTC et 361 122 ETH, soit un total de 232 millions de dollars.

Un an après la fin de l’ICO, Tezos a réglé des problèmes de gouvernance avec la Fondation Tezos, fondation destinée à gérer les fonds recueillis et à promouvoir et développer le protocole Tezos. La communauté Tezos a de ce fait décidé de déployer sa propre fondation appelée la Fondation T2, et est entrée en partenariat avec les Breitman en subventionnant les développeurs pendant plusieurs mois. Après cette année compliquée mais fructueuse dans les phases de test du protocole, les choses se sont remis en ordre de marche et Tezos a lancé son betanet, la dernière étape avant le mainnet, qui s’est produit le 1er juillet 2018.

 

Qu’est-ce que Tezos (XTZ) ? Décentralisation et auto-régulation

Un peu de technique …

La proposition de valeur principale de Tezos est une gouvernance “auto-régulée” au sein même du protocole.

Les fondateurs de Tezos pensent qu’un système réellement décentralisé se doit de l’être à tous les niveaux, non seulement dans sa façon de découvrir les blocs, ‘broadcaster’ et valider les transactions ainsi qu’arriver à un consensus sur une même et unique chaîne. Mais chaque prise de décision doit être décentralisée, tout comme les propositions d’amendement du protocole.

Si l’on compare Tezos et la plateforme la plus développée et la plus proche, Ethereum, les différences suivantes sont notoires :

1) Premièrement, sur le système d’amendement d’Ethereum, afin qu’une amélioration de  protocole soit implémentée, le processus suivant est mis en place :

  1. Un “Ethereum Improvement Proposal” est soumis sur https://github.com/ethereum/EIPs
  2. Les “core” développeurs discutent des propositions lors d’entrevues ouvertes
  3. Si la proposition est amenée à être implémentée, les développeurs se mettent d’accord sur une date d’activation. Le numéro du bloc auquel la nouvelle version du protocole sera implémentée est communiqué à la communauté, donnant la possibilité aux noeuds du réseau d’updater la version qu’ils utilisent. Cette validation se fait donc « offchain » sur Ethereum.

 

 

 

Maintenant, voyons ce que Tezos propose:

Les évolutions de protocole sont organisées en “cycles d’élections” d’une durée de 262 144 blocs, soit environ 6 mois. Chaque cycle est divisé en 4 périodes:

  1. Durant la première période, les propositions d’amendement sont suggérées au réseau. Les créateurs des amendements ont la possibilité d’ajouter une “facture” à leur proposition et choisissent ainsi la récompense qu’ils obtiendront si leur proposition fini par être implémentée. Les détenteurs de tokens peuvent approuver ou désapprouver autant de propositions qu’ils le souhaitent durant cette période.
  2. Seule la proposition qui obtient le plus d’approbations passera dans le processus de sélection de la deuxième période. La proposition choisie doit obtenir une super-majorité de 80% de votes favorables. Si elle ne les atteint pas, alors la proposition est rejetée.
  3. Si elle est acceptée, la nouvelle version du protocole est implémentée automatiquement sur le testnet. Le protocole est ainsi testé intensivement durant cette phase et un nouveau vote nécessitant une super-majorité de 80% est mené.
  4. Cette période est une extension de la phase 3. Un vote de confirmation similaire prend place une fois de plus. Si celui-ci est validé, le nouveau protocole est automatiquement implémenté au premier bloc du nouveau cycle.

Il est important de noter qu’un minimum de 8 000 XTZ sont nécessaires afin de pouvoir voter. Pour ceux qui détiennent moins de 8 000 XTZ, ils peuvent déléguer leurs droits de vote à la personne de leur choix.

 2) La deuxième caractéristique importante de Tezos est que le protocole est implémenté depuis le premier jour avec un mécanisme de consensus ‘Delegated Proof-of-Stake’ (Preuve d’enjeu déléguée) , nommé ‘Liquid Proof-of-Stake’ (Preuve d’enjeu Liquide).

Dans Bitcoin ou Ethereum, un mécanisme de consensus par Preuve-de-Travail (Proof-of-Work) est utilisé, via lequel les mineurs offrent de la puissance de calcul informatique afin de trouver un hash valable qui leur permettra d’ajouter leur bloc de transactions à la blockchain et récupérer la récompense et les frais de transactions liés à ce bloc.

Un autre mécanisme de consensus qui a été implémenté par Peercoin est la Preuve d’Enjeu (Proof-of-Stake). Au lieu de mettre chaque mineur en compétition afin de trouver un hash valable, un mineur est présélectionné pour miner un certain bloc dans le futur. Afin de s’assurer qu’il ne triche pas ou ne soit pas malhonnête, il devra mettre en séquestre un certain nombre de ses tokens avant même d’ajouter ses blocs à la blockchain. S’il essaye de tromper le réseau, il perdra ses fonds en séquestre. Cela veut dire que l’énergie nécessaire au fonctionnement du réseau est minimale (par rapport à la consommation nécessaire à la Preuve de Travail de Bitcoin) car il n’y a pas de dépense d’énergie en excès. Cependant, ce système ne travaille pas en faveur des petits détenteurs de tokens, qui n’ont pas suffisamment de ressources à mettre en séquestre pour avoir le droit de participer au système de génération des blocs et donc de rémunération.

 Fonctionnement de la preuve d’enjeu Tezos

Tezos utilise le terme de bakeur pour les mineurs et de baking pour les opérations de minage.

      • Les activités de baking sont organisées en cycles de 4096 blocs (soit environ 3 semaines). A chaque cycle, les droits de baking sont attribués à une liste de bakers potentiels pour chaque bloc. Les détenteurs de tokens ont le droit de mettre leurs tokens en séquestre afin de valider les blocs et les ajouter à la blockchain, mais un minimum d’un “roll” (8 000 XTZ= 1 vote) est nécessaire pour être sélectionné. Être un noeud du réseau est aussi nécessaire.
      • Les petits détenteurs peuvent déléguer leurs tokens au baker de leur choix qui utilisera les droits de baking de leurs tokens contre un pourcentage de la récompense.
      • Deux différents types d’adresses existent dans Tezos : 

        a) les adresses de management qui ont un droit de dépense des XTZ, et 

        b) les adresses de délégation qui sont dérivées des précédentes et dont les fonds sont contrôlés par l’adresse de management mais pour lesquelles les droits de baking et de votes sont délégués à un service de délégation..

 ‘Bakers’ et ‘Endorsers’

Alors que les bakers minent les blocs, les endorsers ont pour rôle de garantir la légitimité des blocs en apposant une signature sur les blocs dont ils sont responsables.

      • Les bakers doivent mettre en séquestre un minimum de 512 XTZ/par bloc. S’ils se comportent de manière malhonnête (par exemple une tentative de double dépense), ils perdront ce séquestre. Ce mécanisme assure la sécurité du réseau.
      • Les endorsers mettent 16 XTZ en séquestre. Il y a 32 endorsers par bloc.
      • La récompense par bloc et de 16 XTZ pour les bakers et 2 XTZ par endorser.

        La récompense maximale par bloc est donc actuellement de 80 XTZ.

 

Caractéristiques économiques

Avec la première version du protocole, une inflation de 5.5%  a été mise en place. En effet, à 80 XTZ par bloc et une minute par bloc, nous avons 80 x 60 mins x 24 heures x 365 jours d’XTZ créés par an (=42 Millions). De plus, lors du lancement du betanet, 763 Millions de XTZ étaient présents (lancement du ‘genesis block’) soit donc. 42M / 763 M= 5.51% du total d’XTZ

 Si 100% des tokens participaient au processus de baking, alors chaque détenteur de token recevrait 5.5% de plus en une année. Dans la pratique les tokens peuvent être distribués à chaque cycle: tous les 3 jours.

Sécurité des smart-contracts via la vérification formelle

L’histoire des crypto monnaies nous a montré jusqu’à présent que si des montants importants d’actifs de valeur sont détenus dans un système, des “hackers” essaieront de trouver, et trouveront éventuellement des vulnérabilités qui leur permettront de mettre la mains sur ces actifs.

-Afin d’anticiper des erreurs dans les smart contracts , l’équipe derrière Tezos a pris la décision de construire son protocole en Ocaml, un langage axé sur la sécurité en facilitant les opérations de vérifications formelles, une technique permettant de prouver mathématiquement l’exactitude de programmes informatiques. 

Les smart contracts sont eux écrits en Michelson, un langage ‘Turing Complete ‘ développé par l’équipe Tezos qui permet une vérification plus simple de la justesse de ces smart contracts.

 

Cas d’usage – Conclusion

Même si le fonctionnement de Tezos peut paraître trop compliqué, avec son token XTZ, 10 ème plus grande crypto monnaie capitalisant 1.8 milliard de dollars, le projet Tezos trouve de plus en plus d’applications concrètes d’utilisation de sa plateforme et de ses ‘smart contracts’, car les problématiques de scalabilité et de sécurité sont très bien maîtrisées, entre autre par le processus d’amendement. On peut ainsi citer :

– Moneytrack, start-up  française  spécialisée dans le paiement qui a opté pour Tezos.

– la Gendarmerie Nationale qui a implémentée un smart contract  Tezos. En effet, le centre de lutte contre les criminalités numériques utilise la blockchain publique pour la gestion de certaines notes de frais

– Equisafe, société active dans la tokenisation de biens immobiliers  D’ailleurs, sur le sujet de l’immobilier, après la société Elevated Return en 2019, la société de conseil Advantage Blockchain s’est récemment associée à la société de transfert numérique Vertalo et au système de négoce alternatif tZERO pour tokeniser un wallet de portefeuille de propriétés d’une valeur cumulée de 300 millions de dollars, en utilisant Tezos.. Beaucoup d’opérations immobilières  tokenisées migrent sur Tezos en raison de sa sécurité renforcée.

Malgré une approche souvent jugée trop peu ‘business oriented’, il semble donc que l’utilité et la qualité technique  de l’écosystème Tezos s’accroissent en permanence.

A propos du redacteur…

Une passion : l’économie, la finance comportementale et l’émergence des actifs digitaux

Yves a débuté sa carrière dans le métier de la gestion en 1986 ou il a occupé différents postes de gérant de fonds actions et de fonds diversifiés au Crédit Commercial de France puis au sein du groupe Barclays à Paris. En 1998, il a pris la direction de la gestion actions et diversifiée puis de la gestion de la structure française du groupe néerlandais Robeco avant de rejoindre Natixis Asset Management en 2012 en tant que directeur de la Business Unit de gestion actions. Yves quitte Natixis AM en 2018 pour intervenir en indépendant auprès d’investisseurs professionnels et d’entreprises (conseil en levée de capital).

Amateur de sports d’endurance (course à pied et natation), Yves est aussi passionné par les sciences humaines, en particulier l’histoire et l’économie. Mais ce sont les aspects comportementaux des mécanismes économiques et l’analyse comportementale des marchés qui sont pour lui une source constante de réflexion et d’échange. Depuis quelques années, le sujet de la ‘blockchain’ et l’émergence des crypto actifs représentent pour lui un nouveau sujet de passion et d’opportunités.

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Blockchains publiques, permissionnées et privées

Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

Les Utility Tokens au sein des crypto-actifs : recherche de classification

Au sein des crypto-actifs, les Utility Tokens tiennent une place particulière. Cet article est l’occasion d’établir une classification de ces nouveaux actifs ‘clés’ pour le monde de la blockchain, et de les comparer selon différents critères.

Share This