);

Les DApps et les DAO. La Finance Décentralisée

par | Fév 7, 2020 | 0 commentaires

La blockchain permet le développement de nouvelles applications décentralisées, appelées Dapps. De la même façon, la décentralisation peut s’appliquer à un nouveau mode d’organisation que l’on nomme DAO.

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant déjà acquis un certain niveau de connaissance dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si l’article vous paraît indigeste, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Les DApps : les applications futures en technologie blockchain

Les DApps (ou Decentralized Applications) sont des applications fonctionnant en technologie blockchain. On peut faire le parallèle avec les applications qui fonctionnent sur Internet pour lesquelles on trouve :

-Une interface utilisateur (frontend)
Des serveurs (backend) dans lesquels sont stockées des informations et données relatives à la bonne marche de l’application

Dans le cas d’une DApp, la partie backend fonctionne sur un réseau décentralisé ‘peer to peer’ permettant l’utilisation de Smart Contracts (‘contrats intelligents’) comme sur Ethereum principalement. Elle présente donc l’ensemble des avantages de la blockchain, à savoir la traçabilité, la transparence, l’immuabilité, tout en présentant une interface utilisateur qui permet à ce dernier d’en avoir une utilisation similaire aux applications existantes. Car l’enjeu d’une technologie réside toujours dans sa capacité à trouver l’adoption la plus large possible. Et pour se faire, il faut trouver les modes d’accès et d’utilisation les plus faciles. Jusqu’à présent, la plupart de ces applications n’ont pas encore trouvé leur marché en raison d’interfaces encore insuffisantes en terme d’expérience client ainsi qu’en raison d’infrastructures sous-jacentes qui ne sont pas encore pleinement stabilisées. A ce titre, citons l’arrivée prometteuse de projets fonctionnels dans l’industrie du jeu (gaming) et des paris (betting). D’ailleurs, la plupart des personnes qui utilisent régulièrement des applications mobiles, ne maitrise pas la technologie sous-jacente. Les DApps apportent la promesse de fournir aux utilisateurs des interfaces faciles d’accès en s’appuyant sur la puissance de la blockchain. Les DApps sont donc à la blockchain l’équivalent des applications pour le web. Dans le domaine des services financiers, on parle de DeFi ou Finance Décentralisée.

 

 

 

Les DAO : un nouveau mode d’organisation

Le concept de décentralisation du fonctionnement d’une application peut également s’appliquer à la décentralisation de la gouvernance d’une entreprise via les Decentralized Autonomous Organization

En un mot, une DAO est une entreprise dont les règles de gouvernance sont inscrits sur un Smart Contract. A partir de ce principe, l’on peut aisément imaginer des systèmes d’interactions entre personnes ou groupes humains (entreprises par exemple) ou les décisions sont accessibles par tous et partout. L’application de ces décisions devient automatique et ne nécessite plus de contrôle puisque la confiance est placée dans le réseau et dans l’automatisation de l’exécution des termes du Smart Contract. Ce type de fonctionnement se déroule selon un processus horizontal dans lequel chaque membre composant la DAO se voit attribuer des droits de vote. Le choix des votes sont directement inscrits dans les Smart Contracts et permettent la détermination de leurs résultats de manière totalement sécurisé et automatique.

 

 

 

Exemples de DApps, DAO et de Finance Décentralisée

Un certain nombre d’initiatives DAO ont vu le jour comme Aragon, Colony, the Dao (slock.it) et iExec–Chainlink tout récemment.

1. Dans le cas de Colony, le réseau est composé d’une librairie de Smart Contracts qui sont administrés sur le protocole Ethereum, associée à un protocole décentralisé de gestion et d’accès aux fichiers, sites internet et applications (IPFS) ainsi qu’à une base de données ‘peer-to-peer’ (Orbit DB). Colony propose un cadre général de fonctionnement pour l’ensemble des fonctions essentielles d’une organisation comme la gestion de l’actionnariat, l’organisation de la structure, l’administration et la gestion financière. Il s’agit donc d’un protocole ‘crypto’ économique sécurisé par un système ‘incentive’, garanti par un fonctionnement cryptographique dans une blockchain publique.

2. Dans le cas de ‘The DAO’, un projet qui a été créé par la société slock.it, l’objectif était de constituer un fonds de financement pour des projets de toute nature, et reposait sur deux volets :

Les projets étaient évalués par la DAO. Il s’en suivait une décision collective entre les détenteurs de jetons de la DAO pour déterminer si le projet allait etre financé ou pas.

Les bénéfices ou pertes de chaque projet étaient distribués A cause d’une faille dans le code, son développement a été arrété et les projets lancés par la communauté ont préféré ensuite se financer seuls à travers les ICO (Initial Coin Offering).

3. Citons enfin l’association récente entre iExec et Chainlink qui vise à résoudre un des problèmes qui va rapidement se poser au monde de la Finance Décentralisée. Ce nouveau paradigme économique va en effet faire face à des applications décentralisées de plus en plus complexes. Leurs besoins en informations off-chain (hors blockchain) seront grandissantes, et devront être obtenus de façon à toujours conserver la confiance, la sécurité et la confidentialité entre les acteurs du réseau. C’est là qu’interviennent iExec et Chainlink , le premier avec sa puissance de traitement informatique décentralisée et le deuxième avec sa capacité de collecte de données fiables et de haute qualité. Le Smart Contract Orchestrator permet de coordonner ensemble les deux points forts d’iExec et Chainlink, en une seule transaction réglée en jetons LINK et RLC.

Parmi les cas d’utilisation concrets de ce type d’alliance, on peut trouver la gestion décentralisée d’assurance automobile.

 

 

En effet, avec l’essor des capteurs IoT (Internet des objets), de la 5G, de la télématique et de la technologie des blockchains, nous observons la convergence de tous les éléments nécessaires pour construire une version plus efficace des produits d’assurance automobile existants. Non seulement les coûts de l’assurance peuvent être réduits, mais la couverture des risques peut être préservée. Ainsi, avant de conclure un contrat avec un nouvel utilisateur, un tel Smart Contract d’assurance auto pourra calculer son profil de risque :

obtenir des statistiques sur les accidents de voiture dans la région du demandeur ;

collecter des données cinétiques reflétant le comportement au volant du conducteur, via une application sur smartphone

alors que Chainlink assurera la collecte de ces données pour les interactions on-chain et off-chain…

iExec de son côté assurera les calculs d’IA nécessaires, tout en préservant la confidentialité de ces données grâce à ses environnements sécurisés. Le montant de l’assurance pourra alors être reversé au nouveau souscripteur.

Conclusion

Nous avons vu que la blockchain permet le développement de nouvelles applications en mode décentralisé, elle permet aussi la mise en place d’organisations décentralisées (DAO). Grace aux Smart Contracts, une nouvelle forme de fonctionnement des organisations, des entreprises et des services est rendu possible dans le cadre d’architectures nouvelles, automatisées et décentralisées. Avec cela, nous vivons probablement les prémices des organisations et des relations contractuelles de demain.

A propos du redacteur…

Une passion : l’économie, la finance comportementale et l’émergence des actifs digitaux

Yves a débuté sa carrière dans le métier de la gestion en 1986 ou il a occupé différents postes de gérant de fonds actions et de fonds diversifiés au Crédit Commercial de France puis au sein du groupe Barclays à Paris. En 1998, il a pris la direction de la gestion actions et diversifiée puis de la gestion de la structure française du groupe néerlandais Robeco avant de rejoindre Natixis Asset Management en 2012 en tant que directeur de la Business Unit de gestion actions. Yves quitte Natixis AM en 2018 pour intervenir en indépendant auprès d’investisseurs professionnels et d’entreprises (conseil en levée de capital).

Amateur de sports d’endurance (course à pied et natation), Yves est aussi passionné par les sciences humaines, en particulier l’histoire et l’économie. Mais ce sont les aspects comportementaux des mécanismes économiques et l’analyse comportementale des marchés qui sont pour lui une source constante de réflexion et d’échange. Depuis quelques années, le sujet de la ‘blockchain’ et l’émergence des crypto actifs représentent pour lui un nouveau sujet de passion et d’opportunités.

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Yves Maillot

Relations investisseurs Analyste stratégiste de marchés

Blockchains publiques, permissionnées et privées

Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

Tout comprendre sur les ICO, STO et IEO

L’ICO est une innovation financière qui constitue une étape importante dans le processus de transformation déclenché par la blockchain. Elle bouleverse le rapport traditionnel à la propriété. Nous analyserons dans un second temps aussi les STO et IEO.

Share This