);

Qu’est-ce que le “zero-knowledge proof” ou ZKP?

par | Jan 24, 2020 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

Qu’est-ce que le “zero-knowledge proof” ou ZKP?

Le ZKP est un protocole numérique qui permet de partager des données entre deux parties sans utiliser de mot de passe ou toute autre information associée à la transaction. Dans son sens le plus élémentaire, le ZKP peut être considérée comme un protocole par lequel un processus d’authentification numérique peut être facilité sans l’utilisation de mots de passe ou d’autres données sensibles. En conséquence, aucune information (ni du côté de l’initiateur de l’opération ni du coté de destinataire), ne peut être compromise de quelque façon que ce soit. C’est très utile, d’autant plus qu’un tel niveau de sécurité offre aux passionnés de technologie un moyen de communiquer entre eux sans avoir à révéler le contenu de leurs interactions avec un tiers.

L’idée sous-jacente au ZKP est apparue pour la première fois en 1985 lorsque les développeurs Shafi Goldwasser, Silvio Micali (en photo) et Charles Rackoff ont présenté au monde la notion de «complexité de la connaissance» – un concept qui a servi de précurseur au ZKP. Comme son nom l’indique, la “complexité des connaissances” sert de norme métrique pour déterminer la quantité de connaissances requises pour qu’une transaction (entre un prouveur et un vérificateur) soit considérée comme valide.

Où les ZKP sont-ils réellement employés?

Le ZKP est utilisé entre autre par les agences gouvernementales pour déterminer l’origine de certaines données sans qu’elles aient à prouver comment ou où elles ont obtenu les informations. Depuis la création, le ZKP a été utilisé dans un large éventail de domaines numériques. Par exemple, les chercheurs ont utilisé cette technologie pour créer de nouveaux mécanismes d’identification numérique qui n’exigent pas que les utilisateurs révèlent des informations sensibles les concernant. 

De même, les gouvernements peuvent également utiliser le ZKP pour déterminer les capacités nucléaires de diverses forces armées sans avoir à inspecter leurs inventaires. À ce sujet, on peut voir qu’en juillet dernier, la “Defense Advanced Research Projects Agency”, ou DARPA, a publié une déclaration dans laquelle elle affirmait qu’elle travaillait sur un nouveau projet appelé SIEVE – c’est-à-dire la sécurisation des informations pour la vérification cryptée. Ce processus utilise le ZKP pour déterminer l’origine des données hautement sécurisées sans que le gouvernement américain n’ait à révéler la manière dont elles ont été acquises.

Le ZKP offre de nombreux avantages aux systèmes de blockchain qui utilisent la technologie. Par exemple, il aide à rendre les transactions de cryptographie extrêmement sécurisées grâce à leur niveau de cryptage élevé. Oui, un ZKP peut être très facilement utilisée dans le contexte d’un écosystème de blockchain, en particulier en ce qui concerne la validation des transactions de crypto-monnaies sans divulguer les données qui s’y rapportent – telles que l’origine des transactions, leur destination ou leur montant.

Un cas d’utilisation réel de cette technologie est Zcash, une plate-forme de chiffrement qui utilise une itération spéciale de ZKP (appelées zk-SNARK) qui permettent aux transactions natives de rester entièrement chiffrées tout en étant vérifiées selon les règles de consensus du réseau.

Cela dit, même si le ZKP possède beaucoup de potentiel pour modifier la façon dont les systèmes de données d’aujourd’hui vérifient les informations, la technologie est toujours considérée comme étant à ses balbutiements – principalement parce que les chercheurs tentent de trouver le meilleur moyen d’utiliser ce concept ainsi que de déterminer les défauts potentiels.

Quels avantages de ZKP?

Le ZKP élimine complètement le besoin de mots de passe ainsi que l’utilisation de toute autre donnée sensible lors de l’exécution d’une transaction.

Le ZKP permet un transfert d’informations entre deux parties sans que le donneur d’ordre n’ait à utiliser un mot de passe ou à révéler des données le concernant. Cela permet d’éliminer de nombreux risques potentiels liés à l’utilisation de protocoles d’authentification uniquement par mot de passe. De plus, le ZKP contribue également à renforcer la sécurité des paiements / transactions en ligne et des comptes cloud d’une personne.

Le seul inconvénient potentiel de l’utilisation de ZKP est que, si l’initiateur d’une transaction oublie son code d’accès source, toutes les données associées au transfert seront perdues à jamais.

Quelques cas d’utilisation de ZKP

Au cours des deux à trois dernières années, un certain nombre de plates-formes ont adopté le ZKP afin de renforcer leurs capacités natives de sécurité / confidentialité.

ZoKrates est une boîte à outils numérique qui peut être utilisée par des développeurs qualifiés pour concevoir des processus basés sur le ZKP en utilisant Solidity – un langage de programmation orienté objet utilisé pour créer des contrats intelligents basés sur Ethereum.

De même, il y a quelques années, JP Morgan Chase a adopté le ZKP basé sur zk-SNARK de Zcash pour renforcer la confidentialité de son écosystème de blockchain natif appelé Quorum. En termes simples, Quorum est un fork de la blockchain Ethereum qui utilise son propre langage de contrat intelligent appelé Constellation.

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Hebdo crypto & blockchain #53 | 20/10/2020

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Blockchains publiques, permissionnées et privées

Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

Share This