);

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? Comment en tirer profit?

par | Jan 8, 2020 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

Qu’est ce que le Staking de crypto-monnaies? 

Vous avez surement entendu dire qu’au delà du trading, minage et arbitrage, vous pouvez faire fructifier votre argent dans le monde des cryptos grâce au staking…Ou avez vous peut-être entendu parler du modèle de blockchain appelé Proof of Stake? Et maintenant, vous vous demandez peut-être ce que cela signifie? Alors allons-y! Voyons ce que c’est et essayons de comprendre comment ça peut nous être profitable!

À propos du Staking des crypto-monnaies

Pour commencer le staking des crypto-monnaies, vous devez d’abord disposer (par achat ou virement) des cryptos qui ont l’option de staking. Ensuite, vous devez conserver vos crypto-monnaies dans un portefeuille spécifique avec l’option de staking activée. Ensuite, vous laissez vos cryptos dans le portefeuille et attendez simplement que votre portefeuille participe au réseau pour valider des transactions et obtenez des récompenses. Est ce aussi simple que ça? Voyons ça dans le détail!

Qu’est-ce que le “proof of stake”?

La preuve de participation ou le proof of stake (PoS) est une méthode consensuelle utilisée pour sécuriser un réseau blockchain et valider les transactions sur celui-ci. Sans cela, la blockchain ne pourrait pas fonctionner. Si vous voulez en savoir plus sur les différents consensus de validation utilisés dans différentes blockchains, n’hésitez pas à consulter cet article.  

Comment fonctionne le staking ?

Staking désigne le processus de détention et de verrouillage de fonds pour recevoir des récompenses, tout en contribuant aux diverses opérations d’une blockchain. En tant que tel, le staking est largement utilisé sur les réseaux qui adoptent le Proof Stake (PoS) comme mécanisme de consensus, ou bien l’une de ses variantes. 

Contrairement aux blockchains Proof of Work (PoW) qui dépendent du minage pour vérifier et valider de nouveaux blocs (à l’instar de Bitcoin), les chaînes PoS produisent et valident de nouveaux blocs par mise en jeu. Cela permet de produire des blocs sans utiliser de matériel informatique spécifique au minage (ASICs) qui consomment beaucoup d’électricité…d’ailleurs c’est un des argument phare des anti-Bitcoin! Donc, au lieu de rivaliser pour valider le prochain bloc avec une dépense d’énergie électrique importante et un travail de calcul lourd, les validateurs PoS sont sélectionnés en fonction du nombre de coins qu’ils s’engagent à mettre en jeu.

En général, les utilisateurs qui mettent en jeu des quantités plus importantes de coins ont une plus grande chance d’être choisis comme prochain validateur de bloc. Alors que le minage PoW ou preuve de travail nécessite un investissement significatif dans le matériel, le staking nécessite un investissement direct (et un engagement) dans la crypto-monnaie en question. 

Le modèle de Proof of Stake (PoS) est-il plus sûre que celui de Proof of Work (PoW)?

L’un des risques les plus courants avec la blockchain est l’attaque à 51%. Cela fait référence à un événement où les mineurs avec plus de 50% de la puissance de calcul d’une blockchain Proof of Work contrôleraient la blockchain. Ce qui détruit fondamentalement le concept d’un enregistrement immuable des transactions. C’est évidemment quelque chose que tout promoteur passionné de blockchain ne veut pas voir se produire.

Dans le cas d’une attaque de 51% sur un système de preuve de travail (PoW), les mineurs doivent avoir plus de 50% de la puissance de calcul. C’est presque impossible sur les chaînes comme Bitcoin. Et sur un système Proof of Stake, vous devez contrôler plus de 50% de toutes les pièces disponibles pour pouvoir contrôler le réseau…ce qui pour Ethereum ou d’autres blockchains majeures est presque impossible. Les risques sont plus probables pour les petites crypto-monnaies. Mais toute attaque de crypto-monnaies plus petites détruirait la valeur de cette pièce et aurait finalement un effet dissuasif.

La production de blocs via le staking permet un degré plus élevé de scalabilité. C’est l’une des raisons pour lesquelles le réseau Ethereum va finalement migrer de PoW à PoS, dans la mise à jour Ethereum Casper. Certaines chaînes adoptent le modèle Delegated Proof of Staking (DPoS) (Preuve de mise en jeu / participation déléguée) qui permet aux utilisateurs de simplement signaler leur soutien via d’autres participants majeurs du réseau. En d’autres termes, un participant choisi et désigné de “confiance” va effectuer les actions au nom des utilisateurs lors d’événements décisionnels. Les validateurs délégués (les nœuds) sont ceux qui gèrent les opérations majeures et la gouvernance globale d’un réseau blockchain. Ils définissent les paramètres de gouvernance clés.

Avantages du modèle Proof of Stake

1) Moins de consommation d’énergie

Le gros problème en ce qui concerne le minage de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies utilisant la preuve de travail (PoW) est la quantité d’énergie utilisée pour faire fonctionner le matériel de minage. Les crypto-monnaies PoS sont beaucoup plus économes en énergie par rapport aux systèmes utilisant la preuve de travail.

2) Équipement moins cher

Pas besoin d’investir dans des plates-formes minières coûteuses car le staking peut se faire via un Raspberry Pi bon marché, un téléphone mobile, votre propre ordinateur personnel ou un portefeuille matériel comme un Ledger Nano S…

3) Diminution du risque d’attaque de 51%

En ce qui concerne les crypto-monnaies majeures, quelqu’un qui détient plus de 50% de toute la masse monétaire (de la monnaie concernée)semble presque impossible.

4) Le staking est plus facile à mettre en place

Il est beaucoup facile de commencer à faire du staking de cryptos. Bien que cela soit relativement nouveau, le staking est également disponible sur des plateformes comme Coinbase, Kraken, Binance, KuCoin…

C’est bien beau tout ça mais regardons comment ça se passe dans la pratique!

1) Tout d’abord, vous devez décider de la pièce/token pour faire le staking.

2) Une fois que vous aurez fait ce choix, vous devez vous renseigner sur les exigences du processus.  Habituellement, il y a une exigence d’un montant minimum de coins/tokens que vous devez avoir pour pouvoir faire le staking.

3) Matériel nécessaire : traditionnellement, pour la plupart des pièces avec un modèle Proof of Stake (PoS), vous avez besoin d’un ordinateur avec un portefeuille connecté à la blockchain à tout moment. Donc, si vous avez un ordinateur de rechange qui traîne, cela pourrait parfaitement être dédié à cette tâche. Une autre option consiste à acheter un Raspberry Pi ou similaire qui coûte environ 50 à 70 $ et à l’utiliser pour faire du staking des crypto-monnaies.  Si vous ne disposez pas d’un ordinateur de rechange ou que vous êtes préoccupé par les coûts d’électricité, l’exécution d’un serveur virtuel est une autre option. Il existe de nombreux services avec lesquels vous pouvez exécuter un serveur privé sur le cloud. Vous pourrez ainsi configurer un portefeuille sur ce serveur privé et de le faire fonctionner 24h / 24 et 7j / 7 sans avoir besoin d’un ordinateur dédié. C’est une solution qui pourrait être un peu difficile à mettre en place pour les débutants mais une fois tout bien configuré, vous n’avez plus qu’à attendre votre rendement 🙂 Certaines pièces PoS ou PoA (Proof of Authority) vous permettent de faire le staking en conservant les crypto-monnaies dans un simple portefeuille dédié. Neo et VeChain vous permettent de le faire par exemple.

4) Staking à froid (uniquement pour certaines cryptos)

Une autre caractéristique nouvelle et intéressante est le staking à froid. Ce qui signifie essentiellement que vous pouvez commencer à faire du staking des crypto-monnaies à partir d’un portefeuille qui peut être hors ligne. Pas besoin de faire fonctionner un ordinateur, un téléphone portable ou un serveur privé virtuel pour gaspiller de l’énergie et de l’argent 24h / 24 et 7j / 7.

Voici quelques exemples de pièces disponibles pour le staking :

NAV (NavCoin) avec un ROI annuel de 2,5%

NEO avec un ROI annuel de 5% l 

ICX (ICON) jusqu’à 12% de ROI annuel

VET (VeChain) et VTHO entre 2 et 6% annuel 

ARK avec 10% de ROI annuel

LSK (Lisk) avec ROI annuel de 4%

NEBL (Neblio) avec ROI annuel de 10% 

ONT (ontologie) avec ROI annuel de 5%

KMD (Komodo) avec un ROI annuel de 5%  

Mise en garde et conseils importants à retenir avant de commencer

Vous devez verrouiller toutes vos pièces pour le staking. Cela signifie que vous ne pouvez pas les utiliser ou les dépenser sans interrompre le staking. 

N’investissez que dans une crypto-monnaie en laquelle vous croyez. Inutile d’avoir beaucoup de pièces qui, dans quelques années, seront sans valeur!

La valeur de votre crypto-monnaie peut s’apprécier ou se déprécier pendant la période de staking. 

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Hebdo crypto & blockchain #91 | 20/10/2021

Pour ne rien rater, voici pour vous l’essentiel de l’actualité hebdomadaire sur les thématiques de la crypto-monnaie et de la blockchain !

Blockchains publiques, permissionnées et privées

Au-delà du registre distribué et décentralisé ouvert à tous (blockchain publique), il existe des blockchains ou les droits pour devenir membre du réseau varient d’un utilisateur à l’autre (blockchain privée et permissionnée ).

Share This