);

Qui est (ou plutôt qui n’est pas) Satoshi Nakamoto ?

par | Nov 28, 2019 | 0 commentaires

Si vous vous êtes intéressé un jour au Bitcoin, vous devez forcement connaitre toute l’histoire qui tourne autour de Satoshi Nakamoto. Qui est-il ? Ou plutôt, qui il n’est pas ? Nous tentons d’y répondre dans cette enquête.

Cet article s’adresse à des débutants dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Les informations citées ci-dessous sont volontairement simplifiées. Si toutefois, vous vous sentez d’attaque pour un article avec une difficulté de lecture plus élevée, n’hésitez pas à changer de curseur dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Voici le genre d’article que l’on aime rédiger… Pendant plusieurs mois, je me suis transformé  en “enquêteur du numérique”, en Sherlock Holmes des temps moderne… N’ayant aucunes connaissances en matière d’investigation, j’ai procédé avec mes moyens et mon expertise : le web et le digital. Mon objectif ? En savoir plus sur la véritable identité de Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin…

Si vous vous êtes intéressé un jour au Bitcoin, vous devez forcement connaitre toute l’histoire qui tourne autour de Satoshi Nakamoto. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à consulter cet article de Bitcoin.fr très documenté sur la question. Les spéculations sur le ou les probables fondateurs du Bitcoin sont nombreuses. Voici la longue liste des personnes qui ont dit être le créateur ou qui ont été suspectées de l’être :

– Gavin Andresen

– Michael Clear

– Nick Szabo

– Jed McCaleb

– Shinichi Mochizuki

– Vili Lehonvirta

– L’association de SAmsung TOSHIba, NAKAmichi et MOTOrola

– Ross William Ulbricht

– Dorian Nakamoto

– Craig Steven Wright

– Les Cypherpunks

– Elon Musk

Cela étant dit, commençons…

Pour commencer mon enquête, je me suis intéressé au nom de domaine “bitcoin.org” car c’est sur ce domaine que le tout premier livre blanc sur le Bitcoin a été publié.

Pour trouver des informations sur ce domaine j’ai utilisé le site whois-raynette.fr, un des nombreux systèmes permettant d’afficher les informations relative à un domaine. Voici ce qu’il affiche…

Le 18 août 2008  un individu dont l’identité est protégé par whoisguard (un système permettant de garder confidentiel le nom, le prénom, l’adresse email et le numéro de téléphone) enregistre le nom de domaine “bitcoin.org” sur le site namecheap.com (plateforme d’enregistrement de nom de domaine discount). Cet individu a probablement choisi Namecheap car il s’agissait à cet époque du seul hébergeur discount à proposer le whoisguard gratuitement et à vie !

Chose également interessante, la “location” du domaine expire le 18 août 2029

Nous pouvons déduire plusieurs choses sur l’objectif de cet individu : il voulait créer un projet en étant totalement anonyme, sur le très long terme et à moindre coût.  Nous recherchons donc quelqu’un qui à l’époque était  sans doute loin d’être fortuné… Nous pouvons donc déjà exclure toutes les personnes qui étaient riches, ou dirigeants de grandes entreprises en 2008. C’est le cas de Elon Musk, par exemple… Evidemment, je ne n’exclus pas la possibilité qu’utiliser ce genre de système discount était un choix délibéré pour brouiller les pistes…

Durant plus de 5 mois rien n’est encore publié sur le domaine. Il faudra attendre le 31 janvier 2009 pour voir la toute première page web dédiée au Bitcoin. Celle-ci est relativement simpliste, la page web est très sobre, composée uniquement de textes noir sur un fond blanc… 

Cette page annonce  la création d’un nouveau système de paiement Peer-to-Peer décentralisé et sans intermédiaires.

“Announcing the first release of Bitcoin, a new electronic cash system that uses a peer-to-peer network to prevent double-spending. It’s completely decentralized with no server or trusted parties.”

Un lien permet de télécharger la version 1.3 du logiciel Bitcoin accompagné d’un livre blanc en version PDF.

Le tout est sobrement signé par Satoshi Nakamoto accompagné d’une adresse mail, satoshin@gmx.com. Pour ceux qui se posent la question, gmx.com est un hebergeur mail allemand permettant de créer sa boite mail en ligne.

 

Une question me taraude alors… Pourquoi Satoshi a-t-il utilisé une messagerie allemande ? Et sa nationalité ? Après plusieurs recherches, je conclus que cette plateforme de messagerie n’a rien de particulier, elle est dans le top 5 des messageries gratuite les plus utilisées à l’époque dans le monde avec AOL Mail, Fastmail, Gawab et Gmail. Sans oublier que l’adresse satoshin@gmx.com parait inactive en 2019. Rien de surprenant à cela quand on sait que cette boite email a été hacké en 2014…

Capture écran du site GMX

 

Du coté de Bitcoin.org, il n’y a plus de trace de Satoshi, le site a bien évolué et n’est plus aussi personnel qu’en 2008. Il parait donc compliqué de trouver des indices  de ce côté… Si vous le souhaitez, vous pouvez vous aussi visualiser les anciennes version de Bitcoin.org  via des “Wayback Machine” comme http://archive.is/ par exemple. Voici un aperçu du site bitcoin.org le 3 mars 2009 :

 

Ci-dessous un parçu du site bitcoin.org le 28 novembre 2019 :

Obtenir de nouveaux indices pour enquêter deviens de plus en plus compliqué… J’ai l’impression de ne plus avancer… Puis je me suis rappelé d’un autre site… Un forum pour être plus précis : Bitcointalk. Lui aussi aurait été créé par Satoshi Nakamoto ! Je décide donc de concentrer mes recherches sur ce forum… Et qui sait, j’aurais peut-être de nouvelles pistes:) Mes résultats dans un prochain article !

A propos du redacteur…

Pierre-Jean est un passionné du digital, du web et des nouvelles technologies. Après avoir travaillé plusieurs années comme chef de projets digital, il se consacre exclusivement à l’intelligence artificielle dans tout les domaines y compris dans le monde de la finance et des crypto monnaies .

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

Tokénisation d’actifs réels : cas d’usage dans l’immobilier

Parmi les biens réels, les biens immobiliers sont d’excellent candidats à la tokénisation, ce qui va faciliter la démocratisation de l’investissement sur ces actifs. En effet, la tokénisation permet de devenir propriétaire pour quelques centaines d’euros, sans emprunt.

Les contrats intelligents

Ces programmes informatiques irrévocables généralement déployés sur une blockchain et qui exécutent automatiquement un ensemble d’instructions prédéfinies offrent un levier considérable à une multitude de relations contractuelles.

Share This