);

DeFi ou la finance décentralisée…qu’est ce que c’est?

par | Nov 25, 2019 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ

La finance décentralisée consiste essentiellement en un tout nouveau système monétaire reposant sur des blockchains publiques sans organe de contrôle, ni intermédiaires ou tiers de confiance comme les banques par exemple.

Aujourd’hui on estime à 1,7 milliard le nombre de personnes qui n’ont pas accès aux services financiers de base comme un compte courant. Bien que la richesse mondiale continue de s’accroître, cette population exclue n’en profite pas en raison de manque d’infrastructures financières.

La décentralisation signifie que les enregistrements identiques des opérations bancaires sont conservés sur des milliers d’ordinateurs via un réseau peer-to-peer. Parce que les registres sont distribués à tous les participants sans passer par un organe centralisateur, ils sont accessibles à tous les utilisateurs, indépendamment de leur richesse ou de leur lieu de résidence. Alors qu’une banque ou une société de paiements peut fermer le compte d’un client sans justification, la Blockchain permet de faire des opérations sans censure et en totale transparence.

Les applications décentralisées, également appelées DApps, sont au cœur du mouvement DeFi. Ces outils “plug-and-play” permettent à toute personne disposant d’un smartphone d’accéder facilement à des services financiers à moindre coût.

Comment ça marche?

DeFi pourrait transformer la vie des personnes non bancarisées dans le monde. Prenons l’exemple du marché des envois de fonds. Ce dernier concerne entre autre des travailleurs étrangers non qualifiés qui envoient de l’argent à leurs proches, qui sont restés dans leurs pays d’origine. Les frais auxquels ils sont confrontés pour faire ces transactions sont souvent exorbitants grignotant ainsi leur modeste revenu. Avec l’introduction de la Blockchain, le coût de transaction avoisinerait zéro!

Les prêts sont un autre problème qui peut être résolu grâce à DeFi. À l’heure actuelle, il est presque impossible pour les non-bancarisés d’emprunter de l’argent, souvent parce qu’ils n’ont pas de dossiers de crédit ni d’antécédents auprès d’une institution bancaire. Les plates-formes DeFi connectent directement les emprunteurs et les prêteurs, éliminant les intermédiaires qui se rémunèrent parfois très confortablement. Ces financements peuvent être mis en place grâce aux Stable Coins, un type de monnaie numérique qui protège les consommateurs contre la volatilité des marchés de crypto-monnaies en les rattachant à un autre actif, tel que le dollar ou l’or. Si vous voulez en savoir plus sur les Stable Coins, c’est par ici 🙂 Le fait de détenir ses fonds sur un réseau décentralisé permet de réduire significativement le risque de piratage encourus par des plateformes centralisées.

Cette technologie est plus abordable qu’auparavant, ce qui signifie qu’une proportion plus élevée de la population aura accès aux outils nécessaires pour bénéficier de la finance décentralisée. En janvier 2019, près de 60% de la population mondiale utilisait Internet de manière régulière. Ce chiffre n’était que de 35% en 2013. De plus, les smartphones commencent à devenir considérablement moins coûteux, ce qui signifie qu’ils sont plus abordables pour les plus pauvres de la planète. En effet, une étude récente de la Banque mondiale suggère que les deux tiers des citoyens non bancarisés possèdent désormais un appareil mobile, la technologie dont ils ont besoin pour commencer à explorer les plates-formes DeFi.

Les blockchains publiques commencent également à devenir plus sophistiquées, et de nouvelles DApps innovantes sont dévoilées fréquemment. Beaucoup d’entre elles ont été construites sur la blockchain Ethereum.

Le DeFi face à de nombreux défis…

Même si cela pourrait transformer la vie de millions de personnes, il est indéniable que les solutions DeFi n’ont pas (encore) réussi à attirer le public. L’adoption dans le monde des technologies basées sur la Blockchain a été pour le moins modeste – et selon une étude publiée par le Cambridge Center for Alternative Finance en décembre 2018, il n’y aurait que 25 millions d’utilisateurs vérifiés dans le monde. Comparé aux 1,7 milliard de personnes non bancarisées dont nous parlions auparavant, il est clair que le chemin à parcourir est long.

Il convient également de rappeler que même si les applications DeFi parviennent à accueillir des centaines de millions de personnes sur les plateformes, certaines Blockchains publiques sur lesquelles elles reposent risquent de manquer de capacité pour répondre à toutes les demandes. Tandis que Visa affirme pouvoir traiter près de 50 000 opérations par secondes, le réseau Bitcoin n’en traite que 7. Toutefois, des travaux sont en cours pour augmenter ce taux à près d’un million d’opérations par seconde grâce au réseau Lightning (voir les explications détaillées ici)

La volatilité des crypto-monnaies est une autre source d’inquiétude. Même si les monnaies stables adossées à un autre actif plus traditionnel tel que le dollar ou l’or cherchent à remédier à cette situation (voir les explications détaillées ici : Que sont les Stablecoins?), l’obstacle de la réglementation continue de primer. On peut citer comme exemple l’opposition farouche des politiciens et des institutions bancaires à la monnaie stable Libra proposée par Facebook. Les législateurs s’inquiètent du fait que cela pourrait saper la valeur des monnaies nationales (maintenue artificiellement par les banques centrales respectives) et jeter l’économie mondiale dans le désarroi, tandis que les banques craignent que cela ne crée un système de «banque parallèle» à des coûts défiant toute concurrence.

S’attaquer aux obstacles réglementaires est une étape essentielle pour aider la finance décentralisée à prospérer. Dans ce sens, établir des contacts entre les plateformes DeFi, créer de nouveaux partenariats et dialoguer avec des décideurs qui peuvent aider cette technologie à atteindre un grand nombre de personnes sont des premières étapes qui sont en cours de réalisation.

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

L’Or et le digital : la combinaison gagnante

Dans un contexte de frénésie monétaire et de risque de perte de confiance dans les monnaies, l’investissement en Or reprend tout son sens

Les contrats intelligents

Ces programmes informatiques irrévocables généralement déployés sur une blockchain et qui exécutent automatiquement un ensemble d’instructions prédéfinies offrent un levier considérable à une multitude de relations contractuelles.

Share This