);

Le réseau Lightning expliqué

par | Nov 14, 2019 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

CHOISIR UNE AUTRE DIFFICULTÉ
Tout au long de son existence, Bitcoin n’a été capable de traiter qu’environ 7 transactions par seconde. Même si cela suffisait au tout début, le système est congestionné depuis quelques années maintenant. Par conséquent, le traitement des transactions prend beaucoup de temps et les frais de transactions sont exorbitants. Si Bitcoin doit devenir une alternative à part entière aux systèmes de paiement existants, il devra évidemment être en mesure de les concurrencer non seulement en termes de sécurité mais aussi de rapidité dans les transactions. Pour l’instant, on est loin du compte en ce qui concerne la rapidité. Pour comprendre l’ampleur de la situation, il suffit de comparer les 7 transactions par seconde de Bitcoin à la moyenne de 24 000 transactions de Visa et sa capacité maximale d’environ 50 000 transactions par seconde!

Depuis plusieurs années, la communauté Bitcoin a présenté diverses propositions sur la manière d’améliorer la rapidité des transaction sur le Bitcoin, mais un consensus n’a pas encore été atteint. C’est la raison pour laquelle, plusieurs réseaux de type Bitcoin qui dérivent du réseau original coexistent dans l’écosystème. Il existe toutefois une solution proposée actuellement à l’essai qui pourrait bien fonctionner. Il s’appelle le réseau Lightning.

Qu’est ce que le Lightning Network?

En termes simples, l’idée à la base du réseau Bitcoin Lightning est le suivant: nous n’avons pas besoin de conserver une trace de chaque transaction dans la blockchain. Par exemple, imaginons dans un monde où on paie des croissants et le pain au chocolat (chocolatine pour certains…mais ça c’est un autre débat) avec des fractions de Bitcoins. L’idée est de se dire qu’on n’a pas besoin de mettre ces petites transactions du quotidien sur le réseau original de Bitcoin. Ainsi pour effectuer ces transactions, Lightning Network ajoute une autre couche à la blockchain de Bitcoin et permet aux utilisateurs de créer des canaux de paiement entre deux parties quelconques sur cette couche supplémentaire. Ces canaux peuvent exister aussi longtemps que nécessaire et, comme ils sont configurés entre deux personnes, les transactions seront presque instantanées et les frais extrêmement faibles, voire inexistants. Prenons le cas de Camille et Jean. Ils ont besoin de s’envoyer des fractions de Bitcoin assez souvent, rapidement et à un coût minime. La solution? Créer un canal sur le réseau Lightning.

Premièrement, ils doivent créer un portefeuille multipartite, un portefeuille auquel ils peuvent accéder avec leurs clés privées respectives. Ensuite, ils déposent tous les deux une certaine quantité de Bitcoin – disons 3 BTC chacun – dans ce portefeuille. À partir de là, ils peuvent effectuer des transactions illimitées entre eux. Ces transactions sont essentiellement des redistributions des fonds stockés dans le portefeuille partagé.

Par exemple, si Camille veut envoyer 1 BTC à Jean, elle devra lui transférer le droit de propriété de ce montant. Ensuite, ils utilisent tous deux leurs clés privées pour signer et procéder à la mise à jour du portefeuille. La distribution des fonds se produit lorsque la chaîne est fermée. L’algorithme utilise le dernier bilan signé par les deux pour déterminer qui obtient quoi. Si Camille et Jean décident de fermer le canal après cette transaction, Camille recevra 2 BTC et Jean 4 BTC. Ce n’est qu’après la fermeture de la chaîne que les informations sur les soldes initial et final sont diffusées vers la blockchain de Bitcoin. Le fonctionnement de Lightning Network est donc de permettre aux utilisateurs d’effectuer de nombreuses transactions en dehors de la blockchain principale, puis de les enregistrer en tant que transaction unique une fois le canal de transactions est fermée.

A terme, les utilisateurs n’auront même plus besoin de créer un canal dédié pour envoyer des fonds à une personne donnée. Par exemple, vous pourrez envoyer un paiement à une personne utilisant des canaux avec des personnes avec lesquelles vous êtes déjà connecté. Le système trouvera automatiquement l’itinéraire de transaction le plus court. C’est ainsi que le Lightning Network pourrait éventuellement apporter une réponse au débat sans fin sur l’achat de croissants ou cafés en Bitcoins. 

Une petite remarque tout de même sur la sécurité. Il convient de noter que le concept du réseau Lightning signifie que le système fonctionnera en parallèle de la blockchain principale, mais n’aura pas sa sécurité derrière lui. Il est donc très probable qu’il sera principalement utilisé pour des transactions de petite taille, voire relativement microscopiques. Les transferts plus importants nécessitant une sécurité décentralisée seront probablement toujours effectués sur le réseau d’origine.

Qui l’a développé?

Lightning Network a été décrit pour la première fois dans un livre blanc par Joseph Poon et Thaddeus Dryja en 2015. Il existe actuellement trois équipes qui réalisent collectivement l’essentiel du travail de développement du réseau Lightning: Blockstream, Lightning Labs et ACINQ, avec la participation d’autres membres de la communauté Bitcoin. Chaque entreprise travaille avec sa propre implémentation du protocole Lightning Network écrit dans différents langages de programmation. Si vous avez envie d’en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le livre blanc ici. Bien qu’à l’origine, le Lightning Network était conçu spécifiquement pour Bitcoin, cette technologie est en cours de développement pour d’autres crypto-devises, telles que Stellar, Litecoin, Zcash, Ether ou encore Ripple.

Vous l’aurez compris, le réseau en est encore à ses balbutiements. Pour l’instant, il n’existe aucun logiciel avec lequel les utilisateurs occasionnels du réseau puissent effectuer des transactions. Les développeurs de Lightning Network ont suggéré aux utilisateurs de se familiariser avec le réseau à l’aide du testnet de Bitcoin et à ne pas envoyer d’argent réel pour le moment. Les experts estiment qu’un réseau Lightning pleinement opérationnel peut prendre encore plusieurs mois voire années avant son entrée en service.

En résumé…

Comme il a été mentionné précédemment, le réseau Lightning n’en est qu’à ses débuts. Mais si cette technologie est déployée un jour à grande échelle, on peut notamment citer parmi les plus grands avantages la vitesse et le faible coût des transactions. Les transactions seraient presque instantanées, peu importe que le réseau soit chargé ou pas. Si cette solution est déployée à grande échelle, le marché des crypto-monnaies fera un pas de géant pour pouvoir concurrencer les systèmes de paiement traditionnels tels que Visa, MasterCard ou PayPal. Étant donné que les transactions se dérouleront réellement dans les canaux Lightning Network et en dehors de la blockchain principale, vos frais seront minimes voire inexistants. C’est l’un des principaux avantages du réseau Lightning, car cela permettra pleinement à Bitcoin d’être utilisé comme moyen de paiement dans les magasins, les cafés, les bars, etc.

Souvenez vous des chiffres que nous avons évoqués en début d’article? 7 transaction par seconde pour le réseau Bitcoin et 24000 à 50000 pour un réseau comme celui de Visa…Avec le réseau Lightning le nombre de transactions possibles sur Bitcoin ou d’autres crypto-monnaies passerait à plus d’un million par seconde!

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Share This