);

La blockchain est-elle une technologie énergivore ?

par | Oct 30, 2019 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des débutants dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Les informations citées ci-dessous sont volontairement simplifiées. Si toutefois, vous vous sentez d’attaque pour un article avec une difficulté de lecture plus élevée, n’hésitez pas à changer de curseur dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Que ce soit durant un dîner, une conférence, dans un article ou au JT (ou ailleurs….) vous avez probablement déjà entendu différentes rumeurs sur le Bitcoin et son impact écologique…
Celui-ci serait monstrueusement énergivore, il consommerait autant d’énergie que l’Irlande, ou une seule transaction en Bitcoin équivaudrait à la consommation journalière de 1.57 ménage américain… 

Des rumeurs et pseudo-constats très alarmistes qui, à raison, inquiètent le grand public et stigmatise le Bitcoin comme l’une des inventions les plus désastreuses pour l’environnement. Pourtant, il suffit de faire quelques recherches pour observer un très grand nombre de personnes ayant des avis tout à fait opposés… Mais alors… Qui a raison ?

Pour vous aider à y voir plus clair, je vous propose une petite enquête sur ces différents arguments et répondre à cette fameuse question : Le Bitcoin est-il énergivore ?

1. Le Bitcoin est-il énergivore ? 

Avant de commencer, il est important de remettre les choses dans leur contexte. A la question le Bitcoin est-il énergivore, la réponse est tout simplement NON !

Le Bitcoin est une crypto-monnaie. Or une crypto-monnaie ne consomme pas d’énergie. Ce qui consomme, en revanche, c’est la technologie de la blockchain qu’utilise le Bitcoin, notamment pour la validation des transactions à travers un processus de minage qui mobilise des milliers d’ordinateurs à travers le monde. 

2. La blockchain, une technologie qui a besoin d’énergie et d’une grande puissance de calcul

La blockchain est une technologie regroupant un ensemble d’étapes. L’une des étapes cruciales est le minage.

Le minage, c’est quoi ?

Le minage est une opération qui consiste à valider une transaction, réalisée, par exemple, en Bitcoins, en cryptant les données et à l’enregistrer dans la blockchain. Les opérateurs, particuliers ou entreprises, qui utilisent la puissance de calcul (de processeurs, d’ordinateurs ou de cartes graphiques utilisées pour les jeux vidéo) pour valider une transaction sont appelés “mineurs”. En pratique, les mineurs utilisent un logiciel pour résoudre un problème mathématique, résolution qui se traduit par la validation d’une transaction.

Pour simplifier, le minage consiste à résoudre une équation particulièrement difficile. Pour résoudre cette équation, les mineurs vont utiliser des machines très puissantes qui vont consommer beaucoup d’énergie. En 2019, le site Bitcoin.fr estime que le Bitcoin consomme 38,7 milliards de kWh par an, soit l’équivalent de 5 centrales nucléaires…

Alors je vous vois venir :

– “Donc ces rumeurs sont avérées ? Non ?”.
– “Et bien non ! :)”
– “Mais pourtant tu viens de dire que…”
– “Oui je sais, mais laissez moi continuer ! ;)”

3. Consommation électrique VS impact énergétique

Si il est vrai que la blockchain consomme énormément d’énergie, ce n’est pas pour autant qu’elle pollue beaucoup. Et pour avoir une réponse vraiment pertinente, il faut un peu creuser du côté des mineurs (pardon ce mauvais jeu de mot)…

Premièrement, qui sont ces mineurs ? Il y a quelques années, je vous aurais répondu un peu tout le monde… Du particulier qui possède un petit ordinateur pour miner quelques Bitcoins, aux professionnels qui possèdent de gigantesques hangars spécialisés dans le minage de crypto en tout genre. Cependant, depuis 2 ans environ, les besoins en calcul pour résoudre une équation ont largement augmenté, diminuant drastiquement la part des particuliers dans ce domaine. 

Or, contrairement aux particuliers, les professionnels ne minent pas les Bitcoins dans leur chambre ou dans leur salon. En fait, ils ne minent même pas dans leur pays d’origine. En effet, ces professionnels ont bien évidemment un objectif : être le plus rentable possible. Et pour ce faire, il faut diminuer les charges et principalement le coût très élevé de la facture d’électricité.

C’est la raison pour laquelle ces professionnels vont s’installer dans des pays froids (pour refroidir naturellement leurs machines), et où l’électricité est peu coûteuse. C’est le cas de l’Islande, véritable place forte du minage accueillant, entre autre, deux mastodontes du minage : Advania et Genesis mais aussi du Canada qui accueille un grand nombre d’entreprises chinoises spécialisées dans le minage de crypto ou encore le Costa Rica

Point commun entre tout ces pays : L’énergie qu’ils créent est en grande majorité issue de l’électricité verte ! 

Centre de minage en Islande.

4. Conclusion et ouverture

Par conséquent, pour répondre à la question initiale : La blockchain est-elle une technologie énergivore ? La réponse est oui ! Mais sur la question de fond : La blockchain est-elle une technologie qui pollue ? La réponse est non, pas tant que ça ! 😀

Il est important de se poser les bonnes questions pour avoir des réponses pertinentes !

La blockchain consomme beaucoup d’énergie, ok, mais beaucoup comparé à quoi ?  Elle consommerait 38,7 milliards de kWh par an tandis que le système de transfert des emails engloutirait environ 35 milliards de KWh par an d’après Data Center Map. Nous remarquons qu’au final, les emails consomment autant d’électricité que les transactions sur la blockchain !

Enfin, sachez qu’un grand nombre de recherches sont en cours pour diminuer la consommation en énergie engendrée par les transactions sur le Bitcoin en introduisant d’autres méthodes de validation de transactions ou encore pour apporter des alternatives. C’est le cas de  SolarCoin, qui incite la production d’électricité photovoltaïque. De même pour HydroCoin avec la production énergétique à partir d’hydrogène ou encore EverGreenCoin a été créé pour le financement et la défense de grandes causes environnementales. Mais c’est une autre histoire que j’aborderais dans un autre article !

A bientôt pour un nouvel article for beginners ! 😉

A propos du redacteur…

Pierre-Jean est un passionné du digital, du web et des nouvelles technologies. Après avoir travaillé plusieurs années comme chef de projets digital, il se consacre exclusivement à l’intelligence artificielle dans tout les domaines y compris dans le monde de la finance et des crypto monnaies .

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

Pierre-Jean Debray

Co-fondateur
Directeur marketing

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Share This