);

Crypto currency, Digital currency ou Virtual currency, comment s’y repérer?

par | Oct 30, 2019 | 0 commentaires

Cet article s’adresse à des lecteurs ayant des notions dans le domaine de la Blockchain et des crypto-monnaies. Si vous débutez, n’hésitez pas à choisir une autre difficulté dans l’encadré ci-dessous wink

Difficulté de l’article:

Choisir une autre difficulté

Existe-t-il une différence entre un Coin (pièce de monnaie), Digital currency (monnaie numérique) et Virtual currency (monnaie virtuelle)?

Si on fait court, oui il y en a.

Il existe en effet des différences entre eux, majeurs et mineurs. Par exemple, lorsque JPMorgan Chase a publié sa pièce JPM Coin, celle-ci était présentée comme une “pièce numérique”, tandis que “Libra” de Facebook était présentée comme une “crypto-monnaie” solide. Ironiquement, cette auto-classification pourrait expliquer le déchainement de certains régulateurs contre le projet Libra en raison de craintes de perte de souveraineté et une éventuelle mise au placard de leurs monnaies nationales ou régionales sachant que si le projet voit le jour, il pourrait toucher directement plus de 2,3 milliard d’individus sur terre.

JPM Coin et Libra sont différentes des crypto-monnaies par leur conception. En effet, les crypto-monnaies sont basées sur une idéologie fondamentale qui est la décentralisation tandis que JPM Coin ou Libra sont gérées par des sociétés privées, donc centralisées. Malheureusement, ce n’est pas aussi simple: si la décentralisation est une idéologie fondamentale des crypto-monnaies, certaines d’entre elles peuvent être centralisées, du moins dans une certaine mesure.

Ainsi, on peut qualifier une crypto-monnaie d’une monnaie numérique ou virtuelle qui la rend hautement sécurisée grâce à la technologie de la Blockchain. La plupart des crypto-monnaies sont basées sur cette technologie, distribuée par et sur un réseau d’ordinateurs décentralisé. Toutefois, les crypto-monnaies sans chaîne de blocs sont techniquement possibles. En fait, Digicash, l’une des premières formes de paiement électronique cryptographique publié au début des années 90, n’avait pas de chaîne de blocs.

C’est bien beau tout ça mais qu’est-ce qu’un Coin (une pièce de monnaie)?

Ce sont des pièces numériques issues de leur propre Blockchain. Regardons quelques exemples.

Bitcoin (BTC), Monero (XMR) et Ether (ETH) sont tous des exemples de “coins” ou “pièces de monnaie” cryptographiques. Qu’est-ce qu’elles ont en commun? Toutes existent sur leurs propres registres distribués et indépendants: BTC fonctionne sur la blockchain originale de Bitcoin, ETH est utilisé dans la blockchain Ethereum, XMR existe sur la blockchain Monero, etc. Toutes peuvent également être envoyées, reçues ou minées.

Comme leur nom l’indique, les pièces de monnaies cryptos ont généralement les mêmes caractéristiques que l’argent: elles sont fongibles, divisibles, portables et leur offre est limitée. Ainsi, les pièces de crypto-monnaie sont normalement destinées à être utilisées comme les espèces bien que leur adoption est très lente. Il existe toutefois des exceptions: bien qu’Ether possède tous les attributs d’une pièce, il n’a pas uniquement le rôle de «monnaie», car il est utilisé dans la blockchain Ethereum pour faciliter les transactions.

Qu’en est-il des altcoins? 

A la base, ces derniers ont mérité ce titre parce qu’ils ressemblent à une alternative au Bitcoin, la crypto-monnaie d’origine. De nombreux altcoins sont un fork de Bitcoin et ont été développés en utilisant le protocole open source de Bitcoin, tel que Litecoin (LTC) et Dogecoin (DOGE). Mais problème : ETH et XMR sont également appelées altcoins, bien qu’elles soient construites sur des chaînes de blocs entièrement nouvelles. Donc, il convient de retenir la définition suivante d’un altcoin: il s’agit d’une pièce de monnaie cryptographique qui a sa propre chaîne de blocs, mais qui n’est pas Bitcoin.

Bien…mais qu’est-ce qu’un jeton (Token)?

On peut qualifier un jeton d’actif numérique pouvant être utilisé dans l’écosystème d’un projet donné. 

La principale distinction entre les jetons et les pièces de monnaie (Coins) est que les premiers nécessitent une plate-forme Blockchain pour fonctionner. Aujourd’hui, Ethereum est la plate-forme la plus courante pour créer des jetons, principalement en raison de la possibilité de créer des contrats intelligents. Les jetons créés sur la blockchain Ethereum sont généralement connus sous le nom de jetons ERC-20 – comme le plus populaire stablecoin Tether (USDT) par exemple. Il existe bien sûr d’autres plates-formes pour les jetons, comme NEO ou Waves.

De nombreux jetons sont créés pour être utilisés dans des applications décentralisées (DApps) et leurs réseaux. Celles-ci sont appelées “utility tokens” ou “jetons d’utilité”. Leur utilité principale est d’accorder au titulaire un accès à la fonction du projet – comme avec le jeton Basic Attention (BAT). Ce dernier est un jeton ERC-20 (ce qui signifie que sa plate-forme blockchain est Ethereum) conçu pour améliorer la publicité numérique. Les annonceurs achètent des annonces avec des jetons BAT, qui sont ensuite distribués entre les éditeurs et les utilisateurs pour l’hébergement des annonces et leur affichage, respectivement.

De plus, il existe des “security tokens” qui représentent essentiellement l’investissement financier d’une personne ou entité dans un projet. La définition complète d’un security token est assez complexe car dans le système de la bourse traditionnel, les securities sont ce que l’on appelle en français des valeurs mobilières. En gros, à peu près n’importe quel titre pouvant être acheté ou vendu en bourse, qu’il s’agisse d’une part de société, d’un titre de dette…Dans le monde des crypto-actifs, beaucoup font l’erreur de relier aux jetons des appellations sans aucun lien avec leurs caractéristiques. Aujourd’hui il existe de nombreux jetons classifiés comme des security tokens par divers blogs et journalistes. Si l’on en croit cette appellation, ainsi que la définition d’une valeur mobilière, ces “jetons-valeurs” représentent soit un titre de propriété (une part de société), soit un titre de créance (une dette à l’encontre de la société). Mais il n’en est rien! Pourquoi, les termes utilisés par la vaste majorité des journalistes et bloggeurs sont techniquement complètement faux?

Simplement parce qu’il s’agit de jetons :

  • Dont la valeur dépend du travail réalisé par la ou les personnes les ayant émis ces derniers
  • N’offrant aucune garantie de réalisation des objectifs recherchés, ni aucune garantie de valeur,
  • N’ayant très souvent aucune utilité tant que les objectifs ne sont pas atteints, 
  • Ne conférant à son détenteur aucun droit sur les décisions de l’entité émettrice 
  • N’ayant aucune caractéristique en commun avec des parts de société ou des titres de créance. 

Il serait donc plus correct de les qualifier de jetons d’investissement.

Ce sont des Equity Tokens qui seraient des valeurs mobilières digitalisées avec une distribution sur la Blockchain. Mais leur déploiement n’est qu’à son début.

Okay…qu’en est-il de la différence entre les monnaies virtuelles et numériques? Ne sont ils pas des synonymes?

Non. L’un est un terme beaucoup plus abstrait, tandis que l’autre est assez concret.

La «monnaie numérique» est un terme générique utilisé pour décrire toutes les formes de monnaie électronique, qu’il s’agisse de monnaie virtuelle ou de crypto-monnaie (attention, celles-ci ne sont pas non plus exactement les mêmes). Le concept même de monnaie numérique a été introduit pour la première fois en 1983 dans un document de recherche de David Chaum, qui l’a ensuite mis en œuvre sous la forme de Digicash.

La caractéristique des monnaies numériques est qu’elles n’existent que sous forme numérique ou électronique et, contrairement à un billet de banque ou une pièce de monnaie, elles sont intangibles. Elles ne peuvent être détenues et dépensées en ligne que via des portefeuilles électroniques ou des réseaux connectés. Normalement, il n’y a pas d’intermédiaire (pas de banque), ce qui explique pourquoi les transactions sont instantanées et que des frais minimes voire nuls sont appliqués. 

Ainsi: pièces (Coins), jetons (Tokens), monnaies virtuelles (Virtual currency) – toutes sont des monnaies numériques.

Hummm…y-a-il des définitions universelles?

Non pas pour le moment, étant donné que le monde de crypto-actifs évolue continuellement et rapidement.

Les crypto-monnaies, telles que nous les connaissons, existent depuis seulement 10 ans, alors que la plupart des agences gouvernementales n’y prêtent attention que depuis trois ou cinq ans, lorsque la popularité de Bitcoin a commencé à exploser. En outre, Libra de Facebook vient tout juste de provoquer de grandes agitations parmi les observateurs financiers: certains pays sont en train de constituer des groupes de travail pour discuter de ce qu’est Libra et de la façon dont elle peut être réglementée.

Ainsi, les définitions de différents crypto-actifs ont tendance à varier selon les juridictions, voire au sein de celles-ci: aux États-Unis seulement, cinq différents organismes de réglementation définissent les crypto-monnaies de cinq manières différentes! Ainsi, l’IRS considère les crypto-monnaies et la plupart des autres monnaies virtuelles comme des biens, la Securities and Exchange Commission pense qu’elles représentent des titres, tandis que le Financial Crimes Enforcement Network considère que les crypto-monnaies sont de l’argent. En outre, le cadre réglementaire japonais régissant les crypto-monnaies – la Loi sur les services de paiement – définit la “crypto-monnaie” comme une valeur de propriété, et le responsable de la banque centrale de Russie avait jadis qualifié Bitcoin de “substitut monétaire”.

En résumé, compte tenu de la jeunesse de l’industrie de crypto-actifs, il est normal que certaines définitions évoluent avec le temps…Pas de panique, on vous refera une mise à jour wink

A propos du redacteur…

Inka est un passionné de la finance comportementale et des nouvelles technologies, notamment la Blockchain. Après avoir travaillé plusieurs années dans des sociétés de gestion de premier plan à Paris, il travaille désormais sur l’introduction de la Blockchain dans l’industrie de la gestion d’actifs mais aussi sur des solutions de gestion basées exclusivement sur la finance comportementale.

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

Inka Tharma

Fondateur
Gérant Multi Actifs

TechAlert : ETH/USD

Heure : 18h00 (Paris) Risque : baissier Horizon : horaire Cible potentielle : 190$ Scénario invalidé si : clôture au dessus de 206 dans les deux heuresInka Tharma Fondateur Gérant Multi ActifsUne autre actualité ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Share This